ces jeux qui méritent une version Switch

Ces jeux qui méritent une version Switch – TRIBUNE

On s’en amuse bien souvent avec ironie : la Nintendo Switch serait la championne du recyclage, avec des portages à gogo tout droit venus de machines d’anciennes générations. Les partisan·e·s de cette critique oublient souvent que la console hybride est aussi le foyer de bon nombre de productions maison ou d’éditeurs tiers tout à fait actuelles et de grande qualité. Rien que cette année, on peut citer pêle-mêle Bravely Default 2 et Monster Hunter Rise (dont le succès leur vaudra un portage PC prochainement, comme quoi ça marche dans les deux sens), No More Heroes 3, WarioWare: Get It Together !, Metroid Dread ou encore Shin Megami Tensei V qui sortira le 12 novembre prochain. Force est néanmoins de constater que la Switch accueille régulièrement des productions plus anciennes dans son catalogue. Entre les différents portages Wii U, les versions remasterisées arrivées parfois sur le tard par rapport à leurs homologues sur d’autres supports ou bien les portages d’éditeurs tiers souvent sous-traités auprès de studios s’étant spécialisés dans la discipline (Panic Button, Saber Interactive, Iron Galaxy etc.), les exemples ne manquent pas.

Tout l’intérêt réside dans la portabilité de la machine, une particularité qui a fait son succès et donne à certains titres un cachet tout simplement inédit, en particulier pour les jeux indépendants (rappelons que Disco Elysium a débarqué pendant le mois et que Outer Wilds est toujours attendu pour 2021) dont certains ont réalisés leurs meilleures ventes sur la console de Nintendo. Malheureusement, certains jeux font encore cruellement défaut à la Switch en brillant par leur absence, malgré une forte demande des joueuses et joueurs ainsi qu’une absence apparente de raison de ne pas porter lesdits titres. On observe ainsi souvent ce qui me semble être une certaine mauvaise volonté de la part d’éditeurs ou autre acteurs de l’industrie, bien déterminés à ignorer la console hybride qui représente pourtant un parc très conséquent. Certains jeux ont même surpris par leur absence tant leurs éditeurs/développeurs ont une histoire longue avec Nintendo qui justifierait largement la présence de ces licences sur Switch. Cette dernière phrase sonnant presque comme un doigt pointé bien droit vers un certain éditeur : oui, on va parler de Square Enix.

Square Enix, le comble de l’incohérence

Square Enix a une longue histoire en commun avec Big N. La montée de l’éditeur (on parle ici de Squaresoft avant sa fusion avec Enix en 2003, mais comme je ne vais parler que de Final Fantasy, l’amalgame sera fait par la suite entre Squaresoft et l’actuel Square Enix) s’est effectuée de concert avec celle du constructeur depuis la sortie de la NES dans les années 1980. C’est sur cette dernière que nait la saga culte Final Fantasy qui y accouche de ses trois premiers opus, tandis que les trois suivants brilleront sur Super Nintendo quelques années plus tard. Par la suite, Square Enix délaissera Nintendo et lui préférera la PlayStation de Sony pour accueillir le septième opus en 1997, avec le succès qu’on lui connaît à présent (il s’agit du premier opus de Final Fantasy édité hors du Japon). Néanmoins, la collaboration ne va pas s’arrêter si brusquement que cela puisque des remakes et portages auront lieu sur les consoles portables de Big N durant les années 2000. On peut citer la compilation des deux premiers opus ainsi que les portages de FF V et FF VI sur GameBoy Advance, de même que les remakes de FF III et FF IV sur Nintendo DS.  La suite de Final Fantasy XII, un J-STR intitulé Revenant Wings, est même une exclusivité DS.

Nintendo et Square sont donc restés en bons termes malgré la migration de la série principale. De cette collaboration sont nés récemment des RPG inspirés des anciens Final Fantasy tels que les Bravely Default ainsi qu’Octopath Traveler. Triangle Strategy poursuivra sur cette lancée en 2022, lorgnant plus du côté de la stratégie à la Fire Emblem, mais toujours réalisé par l’équipe Asano chez Square Enix. Par ailleurs, la Switch permet aussi de jouer aux opus VII, VIII, IX, X et XII via leurs remasters et autres portages sur l’eShop. Cependant, Square Enix s’obstine à tenir les six premiers épisodes de la franchise à l’écart de la console hybride. Ils n’ont pas connu de portage eShop, pas plus qu’ils ne sont inclus dans l’abonnement Nintendo Switch Online via l’émulation que permet ce dernier. Comble de l’ironie, Square Enix est en train de sortir des versions améliorées de ces six jeux, les fameux Pixel Remasters, qui sont… des exclusivités PC et mobile. Même en ayant une histoire forte avec Nintendo, en particulier via des rééditions de ces six jeux sur les consoles portables du constructeur, des supports qui leur vont pourtant si bien, Square Enix ne montre aucune volonté de mettre ces jeux à disposition des joueurs Switch ni même d’aucune autre console, et ce malgré la forte demande des fans.

On peut mentionner brièvement Kingdom Hearts, qui est dans une situation certes un peu moins triste mais néanmoins décevante. Suivant le Nintendo Direct du mois dernier puis l’annonce de Sora pour Smash Ultimate, nous avons appris l’arrivée des compilations PS4 ainsi que de Kingdom Hearts 3 sur Switch… via le cloud. On peut se dire que c’est mieux que rien, mais rappelons tout de même que les titres en question sont pour la plupart des jeux parus à l’origine sur PlayStation 2 ou des machines portables aux performances assez modestes par la suite. Compte tenu du travail remarquable réalisé pour le portage en dur de certaines autres franchises, on aurait pu espérer à minima avoir des versions physiques pour les compilations, même si Kingdom Hearts 3 se verrait restreint au cloud gaming. Là encore, malgré un bel effort, difficile de ne pas y voir une occasion manquée.

Les personnages Smash en guise de panneaux publicitaires

Puisqu’on parle d’occasions manquées, on peut aussi mentionner les autres choix assez étranges qui entourent les DLC de Super Smash Bros. Ultimate. Plus que de simples ajouts, les personnages des différents fighters pass font parfois office de matériel promotionnel sur pattes. C’est le cas notamment du Héros qui a rejoint le casting peu avant la sortie de la version Switch de Dragon Quest XI, ou encore de Byleth qui aura remis en lumière Fire Emblem Three Houses pour la sortie de son propre DLC. Le cas Sora ayant déjà été mentionné, il reste quelques incompréhensions parmi lesquelles figurent Joker et le duo Banjo & Kazooie.

Concernant ce dernier, l’opus original N64 sera finalement rendu disponible via le pack d’extension du Nintendo Switch Online si vous souhaitez vous consoler de l’absence de compilation. Le protagoniste de Persona 5 est quant à lui plus lésé, puisque seul le spin-off muso Strikers a pointé le bout de son nez sur la console hybride. La version ultime des aventures de Joker et sa bande, Persona 5 Royal, reste encore et toujours aux abonnés absents, malgré de très nombreuses demandes la concernant. Cela reste à nouveau une décision incompréhensible sur le plan technique puisque l’original a une mouture PS3 fonctionnelle.

Les pépites de Platinum Games

Square Enix va encore en prendre pour son grade, puisque les jeux qui vont clore cette tribune incluent bien sûr les deux NieR. Si le premier opus était développé par Cavia, la saga a suivi son créateur Yoko Taro qui a travaillé en collaboration avec Platinum pour la suite du spin-off de Drakengard, NieR: Automata édité par Square Enix. Le studio, connu pour ses jeux à l’action pêchue et au gameplay bien ciselé, a de bonnes relations avec Nintendo. Le constructeur s’est offert l’exclusivité de la franchise Bayonetta en sauvant du naufrage financier le deuxième opus paru sur Wii U ; le troisième devrait quant à lui sortir l’an prochain sur Switch. Par ailleurs, Big N a aussi acquis la jeune licence Astral Chain développée pour son compte par Platinum Games.

Voilà une bonne raison qui laisse espérer les fans du studio voir arriver des versions Switch des jeux NieR. Un espoir qui semble pour l’instant vain, malgré la sortie cette année du remaster du premier opus NieR: Replicant sur PS4 et Xbox One. D’autres jeux à l’action survoltée ont pourtant montré qu’avec des concessions techniques, des portages Switch sont tout à fait envisageables et jouables. D’autres titres du studio pourraient également constituer de bons candidats pour une version Switch, parmi lesquels un certain Vanquish, un TPS nerveux réalisé par Shinji Mikami (également réalisateur d’un certain Resident Evil 4).

Vous l’aurez compris, de nombreux titres constitueraient d’excellents candidats pour des portages sur Nintendo Switch. Les raisons à cela sont diverses : de bonnes relations entre éditeurs/développeurs et Nintendo, une forte demande du public et/ou une cohérence de ligne éditoriale vis-à-vis de collaborations avec le constructeur (crossovers et/ou autres jeux liés déjà présents sur la console). Ces facteurs se recoupent souvent pour nous laisser parfois face à une incompréhension tant la décision semble évidente pour tout le monde sauf, visiblement, pour les responsables derrière ces franchises. Et vous, quels jeux d’autres supports aimeriez-vous voir débarquer sur Switch ?

+1
4
+1
0
+1
1
+1
2
+1
1
+1
0
Callisto

Contenu proposé par - Déjà 81 article(s) à son actif

Présentation : Joueur depuis mon plus jeune âge, j'ai grandi avec Nintendo et leur univers, donc je garde un affect, même si le JV en général me passionne tout autant. Je suis friand de J-RPG et de tout ce qui touche à Zelda et Metroid principalement, même si d'autre licences de Big N ont mes faveurs. Je reste malgré tout bon public et peux apprécier un large panel d'expériences.

guest
6 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Inline Feedbacks
View all comments
Chiffonburette

Arrête Callisto j’ai déjà trop de jeux sur Switch, à racheter mes jeux préférés comme un mongolo ! Plus sérieusement rien qu’avec les catalogues des anciennes machines Nintendo, y’en aurait déjà pour 15 piges… Sans compter ceux de Sega (la rumeur parle d’un bon émulateur Saturn sur Switch). Vanquish ça a bien vieillit ? Le cas de Persona 5 m’irrite un peu. J’ai acheté une PS4 en 2015 en partie pour lui donc j’estime que si on voulait jouer à P5, fallait acheter une PS3/4 (quel égoïsme…) Que Atlus ressorte les anciens, P5 faut faire une pause là, ça fait… Lire plus »

Xasta

Final Fantasy 7 n’est pas le premier FF à être édité en dehors du japon, vu que le 6 était sorti aux USA sous le nom de Final Fantasy 3 (le 1 étant le 1 et le 2 étant le 4), par contre pour l’Europe, on est d’accord 🙂

Zeldalinette

Oui, ce serait bien qu’on ait les Final Fantasy sur la Switch! C’est bien mignon d’avoir Cloud dans Smash Bros Ultimate (ce jeu est clairement un musée du jeu vidéo nippon), mais j’aimerais bien pouvoir rejouer au FFVII original sur Switch! Les autres licences je ne les connais pas bien, mais ce serait bien pour les fans qu’ils soient aussi sur la console.

Last edited 24 jours plus tôt by Zeldalinette
Xasta

Le FF7 Remaster sur la Switch est un quand même un très bon remastered 🙂

Zeldalinette

Je ne connaissais pas son existence, honte à moi (j’ai lu l’article en diagonale).
Merci pour l’info, j’irai voir ça.