FIFA 19 Nintendo Switch - TEST

FIFA 19, une simple évolution – TEST

L’an passé, nous avions droit au premier jeu FIFA sur console Nintendo depuis FIFA 13 sur Wii U (nous ne comptons pas 14 / 15 sur Wii, la console étant plus ancienne). Nommé sobrement FIFA 18, le premier épisode Nintendo Switch semblait déjà plus travaillé qu’à l’époque Wii U. Sans être transcendant, il amenait certaines bases tout en devenant purement et simplement le meilleur FIFA portable de l’histoire. Car oui, FIFA sur Switch n’est pas pensé pour être un excellent jeu de salon, nous n’allons pas vous le cacher. Mais est-ce que FIFA 19 propose un meilleur constat ?

Attention, les captures d’écran de FIFA 19 sur Nintendo Switch ont été prises de trois façons différentes : depuis la console en mode TV, depuis la console en mode portable et depuis un acquisiteur (Avermedia) en mode TV.

Ne comparons pas ce qui n’est pas comparable

Non, nous n’allons pas confronter directement FIFA 19 sur Xbox One et PlayStation 4 à FIFA 19 sur Nintendo Switch sur les aspects techniques. Pour être cru, il faut savoir dès maintenant que nous avons affaire à un ” sous-FIFA 19 “. Ce n’est pas forcément péjoratif ici, c’est un simple constat : FIFA 19 sur Switch est un jeu amputé de certains aspects visuels et techniques, principalement le moteur de jeu Frostbite Cela ne l’empêche pas d’être bon, mais il faut le savoir de suite pour ne pas se faire avoir. Si vous pensiez avoir le même rendu qu’ailleurs, c’est non.

Qui dit pas de Frostbite dit également pas de mode Aventure avec Alex Hunter. Cette nouveauté introduite il y a quelques petites années maintenant permet de se détacher d’un certain enchaînement de matchs en proposant une histoire se déroulant sur plusieurs années. Telle une série voyant sa nouvelle saison arriver chaque année. Mais pas de Frostbite signifie également pas de cinématiques de transferts en mode carrière. Pas non plus d’effet de foule dans les tribunes lorsqu’un but est marqué, et j’en passe.

Mais comparons ce qui l’est clairement

D’autres fonctionnalités sont également passées aux oubliettes, sans justification de moteur de jeu. Depuis le premier épisode de FIFA sur Switch, celui de l’an passé donc, les joueurs de la console hybride n’ont purement et simplement pas le droit de profiter de système de niveaux et de récompenses de FIFA. Sur les autres plateformes, vous pouvez débourser de l’argent virtuel gagné et fur et à mesure du jeu pour débloquer des célébrations, des maillots, des fonctionnalités carrière ou même le fameux ” coup de pouce financier “, vous octroyant 50 millions d’€ d’office. Pour un joueur comme moi ayant un compte EA depuis FIFA 13, l’accumulation de mes points ne me servent plus depuis une année maintenant. Dommage.

Ne comptez pas non plus sur les changements de joueurs durant les ralentis, les nouvelles feintes, les nouveaux gestes techniques, les nouvelles tactiques, le Division Rivals rien de tout ce beau contenu n’a été ajouté sur la version Switch. Et comme nous allons le voir plus tard dans ce test, ça manque.

De nouveaux modes de jeu, également sur FIFA 19 Nintendo Switch

Quelques principales nouveautés de FIFA 19 sont tout de même présentes sur Nintendo Switch. Avant tout, les différents modes de coup d’envoi sont disponibles. Les règles spéciales sont donc utilisables : vous pouvez jouer sans aucune règle (pas de hors jeu, pas de fautes, …) en survie (dès qu’un but est marqué, un joueur de l’équipe ayant marqué disparaît), distance (les buts marqués en dehors de la surface comptent double), premier à 2 (deux mi-temps de 22 minutes, mais le premier à deux buts gagne la partie) ainsi que têtes et volées (seuls les buts marqués de la tête ou en reprise de volée comptent).

FIFA 19 Nintendo Switch
Réglages du mode coup d’envoi

Ce n’est pas terminé, pour notre plus grand bonheur. Le mode série, proposant de disputer des matchs classiques dans une série de trois à cinq rencontres, est proposé. Aller-retour également, ce mode définissant le vainqueur sur deux matchs avec la règle du but à l’extérieur valant plus qu’à domicile. Nous pouvons également jouer au mode finales Ligue des Champions.

Champion’s League et Finition synchronisée sont de la partie

Vous l’aurez compris juste avant, la fabuleuse Ligue des Champions (ainsi que la ligue Europa) est également proposée sur la version Nintendo Switch de FIFA 19. Musique, maillots, logo et coupe aux grandes oreilles sont maintenant disponibles dans le jeu. Petit bonus, une étoile sera ajoutée à votre maillot lorsque vous remportez une LDC avec votre équipe. De même lorsque vous montez en Ligue 1 avec un club de Ligue 2 par exemple, le logo sur l’épaule s’adapte au championnat.

Dernière nouveauté, nous vous en parlions rapidement au mois de juillet, le Time Finished Mechanic. La finition synchronisée, en français. Celle-ci propose au joueur d’appuyer une seconde fois sur le bouton de tir au moment d’une frappe. Si c’est dans le bon tempo, la frappe est réussie. Sinon, attendez-vous à voir un tir de Matuidi. Cette fonctionnalité est belle et bien disponible sur Nintendo Switch, mais différemment. Si l’idée est la même et que le fonctionnement est le même, l’affichage diffère. Sur les autres supports, une jauge s’affiche au dessus du curseur du joueur. Sur Nintendo Switch, c’est le curseur en lui même qui arbore un contour d’une couleur différente. C’est un peu plus difficile à jauger, mais cette décision a certainement été prise pour éviter de se tuer les yeux sur l’écran de la console en mode portable.

Bonus pour cette année, le mode en ligne propose enfin de jouer contre ses amis sur Nintendo Switch. Cette fonctionnalité n’avait pas été introduite sur le premier épisode de la console hybride, sans aucune explication claire de la part d’EA Games. C’était aberrant, mais la faute a été corrigée pour cette saison. Pour le reste, comme FUT par exemple, même si Division Rivals n’est, lui non plus, pas de la partie pour nous autres joueurs Switch.

Un fond de jeu équivalent à l’année dernière

Si nous avions trouvé FIFA 19 beaucoup plus intéressant lors de notre session de test à Paris, je dois dire que je suis moins impressionné une fois le jeu final en main. Je ne saurais dire s’ils ont réellement changé quelque chose ou si je me suis trop vite habitué, mais la sensation de jeu n’est au final pas tant différente que sur FIFA 18. Alors évidemment, la fluidité impressionnante du jeu en terme de technique (images par seconde) rend le tout plus agréable. La construction des attaques est un peu plus poussée et plus précise, les joueurs sont plus vite fatigués et donc plus réalistes, également un petit peu plus lourds sur le terrain, mais ça s’arrête là.

Nous ne sommes malheureusement pas au niveau du gameplay proposé sur les autres plateformes, un peu plus lent et plus réaliste. Je ne saurais dire pourquoi une telle différence. Est-ce à cause du moteur du jeu ? Est-ce parce qu’un FIFA sur Nintendo Switch est voué à proposer de très courtes sessions de jeu intense ? Aucune idée. Mais le constat est là, FIFA 19 sur Switch est plus arcade qu’ailleurs, la licence étant pourtant déjà bien axée arcade. Nous en parlions un peu plus haut, mais toutes les nouveautés pensées pour améliorer le réalisme de FIFA sont totalement passées à la trappe pour cette version hybride.

Une certaine facilité à marquer

Plusieurs éléments sont d’ailleurs plutôt gênants. Si les contre attaques proposent parfois de mieux construire son jeu, elles sont tout autant fulgurantes et parfois trop simple. Pour couronner le tout, les défenses sont aux fraises et les gardiens ne savent pas faire mieux qu’une claquette ou un dégagement aux poings. Il est rare qu’un gardien arrête réellement un ballon lors d’un tir à l’intérieur de la surface. Pour dire, j’ai mis un but en pleine lucarne à Buffon (PSG) avec Ambrose (RC Lens). Si l’idée n’est pas inconcevable, c’est néanmoins très peu réaliste.

Il est d’ailleurs réellement simple de marquer des buts dans ce FIFA 19. J’ai eu bien moins de mal à dépasser les 80 points lors de ma première saison de Ligue 2 cette année que l’an passé. Je veux bien que l’équipe de Lens était un peu moins solide durant la saison passée, mais de là à avoir 91 points après la 38e journée, c’est trop facile. Si je me prenais parfois 4 buts par Grenoble, j’en mettais également 5 ou 6 sans aucune difficulté. Pour information, je joue en Pro depuis plusieurs FIFA maintenant. Ça n’est pas une difficulté extraordinaire, mais je n’avais jusqu’ici pas autant de facilités. Pour enfoncer le clou, il suffit de maîtriser correctement la Finition Synchronisée et là, le gardien peut réellement aller s’asseoir en tribunes, il ne sert plus à rien.

FIFA 19 Nintendo Switch
En bas à droite, le classement de la Ligue 2 à la fin saison.

Le pompon sur la Garonne, c’est sans doute le système de collision des joueurs qui, comme l’an passé, amène à des situations pour le moins étranges. Des joueurs qui se marchent dessus, d’autres qui s’allongent les uns sur les autres, des envolées spectaculaires sans même un coup de sifflet de l’arbitre, des cafouillages extraordinaires dans la surface … J’en passe et des meilleures.

Techniquement, une avancée non spectaculaire

Le premier constat lorsque nous lançons un match de FIFA 19 sur Nintendo Switch est que c’est vraiment fluide. Durant plusieurs heures de jeu, je n’ai connu absolument aucun ralentissement sur le carré vert. Aucun. Que 22 joueurs soient dans l’écran, que le stade soit grand, qu’il pleuve ou qu’il fasse grand soleil, la stabilité est présente en version TV et en version portable. Là où les problèmes interviennent, c’est dans les menus du jeu ou durant les replay et ralentis. Les menus ont tendance à freezer légèrement, et les ralentis ou replay sont semble-t-il plafonnés à 30 images par secondes, tout en étant peu stables.

Visuellement plus propre

Visuellement, FIFA 19 sur Nintendo Switch est meilleur que FIFA 18 sur la même console. Ça n’est pas forcément flagrant au premier regard – et si vous n’aimez pas FIFA mais que vous aimez vous en moquer -, mais le fait est que l’édition de cette année est plus jolie. Avant tout, la modélisation est plus précise sur la plupart des grands joueurs, comme nous pouvions le constater ici. Qui plus-est, plus question de nous taper un escalier de Tour Eiffel sur chaque épaule des joueurs. Il y a beaucoup moins d’aliasing sur FIFA 19 vis-à-vis de l’édition de l’an passé. Réellement, un gros effort a été fait sur ce point. Évidemment si vous regardez les joueurs lointains lors d’un dégagement en vue arrière sur le gardien, vous en verrez de l’aliasing. Mais beaucoup moins lors du match ou des ralentis.

Par ailleurs, les effets de lumière de ce FIFA ont été revus à la hausse. Les ombres de joueurs sous les projecteurs des stades sont plus réalistes, le ballon possède une vraie ombre également. Comme souvent sur FIFA, tout est plus beau lorsque le match est joué sous un grand soleil. Mais contrairement à FIFA 18, nous voyons la pluie lorsque le temps est pluvieux. Ça n’est pas impressionnant, mais nous la voyons. C’est d’ailleurs un peu le constat complet de ce FIFA 19 techniquement : rien n’est impressionnant, mais les différences sont là et font plaisir. Pour couronner le tout, EA Games s’est également décidé à introduire la capture vidéo. Si cette fonctionnalité a été ajoutée après 11 mois d’attente sur FIFA 18, elle est incluse d’office sur FIFA 19.

Des menus lents mais des chargements rapides

En dehors du terrain, le jeu semble rencontrer tout de même quelques soucis. Lorsque vous naviguez dans le menus d’un mode de jeu, carrière par exemple, ou durant les changements en plein match, il n’est pas rare de rencontrer des freezes successifs pouvant, durant un match, vous faire perdre plusieurs précieuses secondes de votre temps. À contrario, les temps de chargement sont très rapides, les cartouches de Nintendo Switch permettant comme toujours de lire rapidement le contenu présent dessus. Même en version téléchargée, vous n’attendrez pas plus de quelques secondes entre le lancement d’un match et son coup d’envoi.

Tout ce qui a été dit au-dessus depuis le titre ” Techniquement, une avancée non spectaculaire ” fonctionne d’ailleurs aussi bien pour la version TV que la version portable. Si, comme toujours, lorsque vous jouez en nomade vous verrez un peu plus de défauts, les deux ” versions ” sont très proches l’une de l’autre, ce qui a peut-être tendance à dévaloriser la version TV mais parallèlement à donner un coup de boost à la version portable.

Une évolution plus qu'une révolution
  • 60%
    Une évolution plus qu'une révolution - 60%
60%

Résumé

FIFA 19 sur Nintendo Switch est indéniablement meilleur que FIFA 18 sur la même console. Le jeu est plus beau (sans gouffre entre les deux version), très fluide et propose plus de modes de jeux, dont le online entre amis. Mais néanmoins, nous avons affaire à un vrai jeu arcade, parfois trop, avec bien trop de nouveautés amputées. Plusieurs soucis se posent encore : jeu parfois trop rapide, gardiens très souvent à la ramasse, adversaires qui dégagent sans raison apparente et animations toujours imprécises, même si meilleures que l’an passé.

Le titre est clairement axé vers une version portable plus qu’hybride. Même si le jeu sur TV est propre, il prend tout son intérêt en portable. Jamais nous n’avions un FIFA si beau et si complet entre les mains, au sens propre du terme. Nous avons donc décidé d’octroyer la note de 60% à FIFA 19 sur Nintendo Switch, moins que l’an passé donc. Cette baisse de notation se justifie par la trop grande amputation de contenus, malgré l’amélioration technique du jeu. La force du côté portatif du jeu ne fait pas assez la balance avec ce manque de sérieux. Le coeur de FIFA est présent, mais sans les poumons autour. Vivement FIFA 20, avec espérons le l’arrivée de Frostbite.

Envoi
Note des joueurs :
80.36% (11 votes)

Vous avez apprécié cet article et vous aimez ce que Switch-Actu vous propose ? N’hésitez pas à faire un Tip (don) si vous le pouvez et si vous souhaitez aider le site !

A propos de l'auteur :

DesBen

Je suis un geek de 24 ans, passionné avant tout par Zelda, Nintendo, Zelda, Google. Je joue sur Nintendo Switch, PlayStation 4, j'ai un Galaxy A8 (2018) et un coeur de geek.

a écrit 244 articles sur Switch-Actu.

5 commentaires pour “FIFA 19, une simple évolution – TEST

  1. Note méritée, j’aurai pas mis plus vu le gros manque de nouveauté !
    Si EA nous refait le même coup pour FIFA20, ce sera sans moi cette fois. Vivement PES sur Switch pour qu’il y ait un peu de concurrence parceque sans le jeu de football de Konami, EA n’a aucune raison de s’engager d’avantage dans les FIFA sur Switch et c’est dommage …

  2. Encore un test concluant et qui résume bien ce que ce FIFA nous propose… Alors par contre voir Lens champion d’Europe, l’extase ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.