TEST – The Sexy Brutale

Avec un visuel étonnant et un concept alléchant, il n’était pas surprenant qu’un titre comme The Sexy Brutale puisse être au centre de tous les regards lors de sa sortie sur les autres plateformes. Disponible depuis presque un mois sur Switch, le titre tente également de trouver sa place au sein de la ludothèque de la machine hybride de Nintendo, mais est-ce que le jeu de Cavalier Game Studios vaut véritablement la peine que l’on s’y attarde.

Un air de déjà vu

Plusieurs personnes sont conviés à un bal masqué au Sexy Brutale, un célèbre Casino dirigé par un Marquis. Néanmoins, la journée ne se passe pas aussi bien que prévu et les convives sont assassinés les uns après les autres par les domestiques du manoirs. Le joueur incarne Lafcadio Boone, l’un des invités du Sexy Brutale et qui, prisonnier d’une faille temporelle, va vivre et revivre ce jour funeste indéfiniment. Le seul moyen de briser la boucle, c’est de sauver la vie des diverses invités et de comprendre les raisons qui poussent les domestiques à tuer tous les convives sans aucune pitié.

The Sexy Brutale se présente avant tout comme un jeu d’enquête et d’énigmes qui va utiliser son originalité scénaristique pour proposer une structure assez singulière, mais diaboliquement audacieuse. Toute l’intrigue du jeu va ainsi se dérouler sur douze heures, de midi à minuit pour être exact et va s’étaler sur une durée réelle de quelques minutes approximativement. Une fois que le chronomètre est terminé, le jeu redémarre au début de sa timeline et ainsi de suite. C’est avec cette donnée à prendre en compte que le joueur va devoir vivre et revivre les évènements du manoir pour comprendre et contrer le destin tragique des invités.

Une combinaison parfaite entre scénario game design

The Sexy Brutale est une oeuvre relativement intéressante dans sa conception, mieux que ça, elle est diablement intelligente. Si la structure de la boucle temporelle n’est pas un concept inédit en soi, rarement un jeu n’aura su utiliser cette particularité avec autant de maîtrise et de justesse dans l’approche qu’il entreprend. Ce qu’il faut entendre par là, c’est que la construction du titre a été réalisé de telle façon à ce que le joueur ne perde pas ses repères et qu’ils puissent anticiper chaque évènement pour progresser naturellement dans l’histoire.

C’est ainsi que les développeurs ont placé consciencieusement plusieurs repères majeurs, qu’ils soient à fois visuels ou sonores Le but, ici, est avant tout de de marquer le joueur et de rendre son environnement de plus en plus familier à mesure qu’il redémarre sa boucle au point zéro. Ce détail peut paraître négligeable à première vue, mais il contribue lourdement à la réussite du titre tant au niveau de la progression, mais aussi en ce qui concerne l’histoire qui va gagner en cohérence et en richesse grâce à tous ces détails.

Après ce postulat de départ, les développeurs ont tout de même choisi d’intégrer des éléments de gameplay qu’on jugera plus conventionnels ou traditionnels. Le joueur peut ainsi diriger son personnage librement à travers des environnements à la direction artistique foutrement originale et qui donne le sentiment de jouer à l’intérieur d’une maquette géante. Il pourra ainsi déambuler dans les différentes pièces du manoir et interagir avec les nombreux éléments qu’il compose. L’idée est de pouvoir inspecter certains objets voire même d’effectuer une ou plusieurs actions sur ces derniers pour progresser dans le scénario.

Mais la majeure partie du temps, il faudra ironiquement faire preuve de curiosité morbide et de voyeurisme pour sauver les invités du casino en les espionnant et en écoutant leurs conversations. Cette approche est indispensable pour dénicher le moindre indice qui permettra aux joueurs de défier la perfide destinée. Cette partie du jeu est relativement intéressante à relever puisqu’en plus d’être originale dans l’approche, les développeurs ont réussi à la rendre facilement jouable pour le plus grand nombre. Bien évidemment, comme rien n’est jamais simple dans le monde merveilleux des jeux vidéo, pour apporter quelques petites tensions supplémentaires, le titre interdit aux joueurs de se trouver dans la même pièce qu’un autre protagoniste, ces derniers ne doivent absolument pas le voir.

Néanmoins, le plus gros morceau du gameplay concerne forcément toute la mécanique autour du temps et qui est relativement bien pensée et ergonomique pour ne pas perdre le joueur en cours de partie. C’est par l’intermédiaire des horloges du manoir que l’on pourra gérer son temps et surtout l’emplacement par lequel on se retrouvera lorsque la boucle repartira de zéro. Il faudra donc jouer avec cette subtilité pour s’assurer de réapparaître au bon endroit et au bon moment et ainsi gagner le plus de temps possible. Même si le jeu ne proposera jamais de réelle difficulté pour venir à bout de l’aventure, certaines énigmes demanderont tout de même un peu de logique pour être surmontée sans que ces dernières ne soient cappilotractées, un bon point donc.

Pour varier le rythme de l’aventure, le joueur pourra également bénéficier de quelques pouvoirs supplémentaires qui lui seront attribués à chaque fois qu’un convive sera sauvé comme celui de voir l’invisible ou celui de posséder une ouïe bien plus fine par exemple. Ces dons lui permettront également d’ouvrir de nouvelles parties du manoir inaccessibles au début de l’aventure, un peu à la manière d’un Metroidvania. The Sexy Brutale est un jeu qui fusionne avec minutie un gameplay aussi bien conventionnel qu’original, habituellement deux termes qui sont diamétralement opposés, mais qui, dans le cas présent, démontre tout le génie que les développeurs de chez Cavalier Game Studios ont su apporter dans ce magnifique projet.

Un point sur la qualité narrative

L’une des grandes forces du titre réside dans son scénario. S’il peut sembler assez minimaliste durant les deux premières heures de jeu, il va gagner en profondeur dans la dernière partie de l’enquête avec une montée en puissance du rythme jusqu’au bouquet final qui se veut aussi bien majestueux que mélancolique. La mise en scène, bien que modeste, permet tout de même de découvrir quelques séquences assez fortes en émotions et sublimées par une bande sonore qui s’adapte parfaitement à la situation du moment.

Si cet aspect du jeu est réussi, c’est aussi en partie grâce à ses nombreux personnages hauts en couleurs et bien plus complexes qu’ils n’y paraissent au premier abord. Chaque protagoniste possède une personnalité bien distincte et les développeurs ont su jouer avec le contexte du bal pour apporter une petite touche très subtile puisque les personnages portent tous un masque. Forcément, ce choix n’est pas clairement  anodin et apporte son lot de symboles et de métaphores qui prendront tous leurs sens une fois le jeu terminé. On peut également saluer la présence de dialogues souvent percutants et d’une justesse irréprochable qui rendent les rapports entre les personnages d’une cohérence presque effrayante.

Que ce soit dans la qualité de l’écriture, la construction des personnages ou la complexité de l’histoire, Cavalier Game Studios s’est totalement lâché avec ce projet et propose une histoire captivante avec son lot de surprises, ses différents niveaux de lecture et des séquences aussi bien poignantes que marquantes, un véritable coup de génie.

Quelques petites taches sur le tableau

Malheureusement tout n’est pas entièrement blanc dans la qualité du jeu et quelques points noirs viennent ternir ce si jolie tableau. L’un des défaut réside dans la structure même de la progression qui ne laisse pas le joueur libre dans ses choix. Le jeu va ainsi le forcer à devoir sauver les différents invités dans un ordre prédéfini. Bien que cet aspect ne gâche pas la qualité globale de l’expérience, il apporte tout de même une certaine forme de frustration puisque le concept du jeu était parfaitement taillé pour une progression bien plus ouverte, avec un système de choix par exemple. Ainsi, le joueur aurait pu s’exprimer dans le jeu et les développeurs lui auraient apporté un rôle encore plus important dans l’histoire, ce qui faisait vraiment sens dans le cas présent.

L’autre grosse problématique concerne la qualité du portage. Bien que les développeurs se félicitent d’avoir porter rapidement le jeu sur Switch, de nombreux soucis techniques viennent perturber considérablement le confort du joueur. Entre les baisses de framerate fréquentes, l’aliasing omniprésent et des temps de chargement parfois très longs, il est franchement dommage que les développeurs n’aient pas pris plus de temps pour optimiser et peaufiner cette version, surtout quand on sait que le titre ne nécessite pas de grandes ressources pour tourner correctement.

Avis final
  • 90%
    Avis final - 90%
90%

Résumé

Difficile de ne pas succomber au charme qui s’émane de cette oeuvre tant cette dernière se montre juste dans tous les domaines. A la fois intelligent, à la fois innovant, The Sexy Brutale apporte un réel vent de fraîcheur sur la scène indépendante et ça fait du bien. Les développeurs ont su utiliser parfaitement tout le potentiel de la narration pour mettre en place un système de jeu d’une rare cohérence et qui s’inscrit pleinement dans l’univers proposé. Si on rajoute à cela une qualité d’écriture hors norme, une OST aux multiples visages et une direction artistique avec un réel parti pris, on peut d’ores et déjà placer cette expérience aux panthéons des meilleurs oeuvres de l’année 2017, un chef-d’oeuvre tout simplement. 

Envoi
Note des joueurs :
0% (0 votes)

A propos de l'auteur :

BQuentin

Joueur de 29 ans, j’ai découvert le jeu vidéo avec la toute première console portable de Nintendo, à savoir le Gameboy et son inoubliable Super Mario Land

a écrit 73 articles sur Switch-Actu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.