Paladins Nintendo Switch

TEST – Paladins : Champions of the Realm

Rumeurs après rumeurs, le jeu Paladins Champions of the Realm s’est finalement montré sur Nintendo Switch. Chez Switch-Actu, nous avons eu la chance de pouvoir mettre la main dessus un peu avant la sortie grâce au studio Hi-Rez. Pour rappel, Paladins (nous allons le raccourcir à ce nom) est un FPS free-to-play et multijoueurs. Chaque joueur contrôle ce que l’on appelle un Champion (un personnage) avec ses propres capacités tout en appartenant à une classe. Déjà sorti sur PC et consoles, nous allons vous donner les détails du jeu et vous dire ce que nous en avons pensé, aussi bien en terme de gameplay qu’en terme de technique. Attention, le jeu est disponible à l’heure actuelle en early access au prix de 29.99€ et sera gratuit en cours d’année.

Rythmé, nerveux et rapide

S’il est souvent comparé à Overwatch, nous n’allons pas ici créer de débats et donc nous n’allons pas le comparer. En effet, aux dernières nouvelles et à l’heure où nous écrivons ces lignes, le jeu de Blizzard n’est pas disponible sur Nintendo Switch. L’une des forces de Paladins est son gameplay rythmé et relativement nerveux. Avant tout, vous devez choisir parmi l’un des champions disponibles, dans l’une des classes suivantes : tank, dégât, flanc ou soutien. La première classe met en avant des personnages résistants, la seconde des personnages puissants, la troisième des champions rapides et la dernière ceux qui soignent. Attention cependant, il est important que l’équipe soit équilibrée et le jeu vous indique si, d’après lui, une classe est manquante. De plus, un personnage ne peut être sélectionné qu’une fois : si votre champion préféré a été choisi par un coéquipier, vous allez devoir vous en passer.

Une fois la partie commencée, vous vous retrouvez dans une carte plutôt petite, mais permettant de ne pas vous perdre inutilement dans des recoins inexplorés où seul votre amusement va mourir. Ici, vous allez droit au but, tant que vous connaissez un minimum la carte. Pas de soucis si vous marchez dans le mauvais sens au départ, vous vous en rendrez compte très vite. Le nombre de maps étant limité dans deux des modes de jeu : 3 pour le match à mort par équipes, 4 pour l’assaut. Le mode siège quant à lui en propose pas moins de 11.

Une fois lancé, l’action arrive vers vous rapidement. Qu’il s’agisse du mode de jeu Match à mort par équipe, Assaut ou Siège, que nous détaillerons après, il est rare que vous cherchiez plus de quelques secondes où se déroule l’action. Préparez-vous également à mourir souvent ou à beaucoup tuer, car dans Paladins le skill joue un rôle mais le jeu est assez équilibré pour un joueur classique, bien que certains champions aient l’air plus forts que d’autres (coucou Viktor). Si en Assaut et en siège vous devez attendre quelques secondes pour revenir dans la partie, le mode MMÉ n’inflige pas telle sanction et permet de vite revenir. Pour être clair : il est quasi impossible de s’ennuyer dans une partie.

Tout le monde peut saisir sa chance

Autre chose encore, les champions sont assez puissants en général et récupèrent vite leur vie. Il vous suffit de vous poser quelques secondes hors du combat pour récupérer rapidement vos points de vie, mais cela va réellement en lien avec la puissance de chaque personnage. Ce type de gameplay permet à la fois d’avoir une seconde chance tout en devant faire attention un minimum aux adversaires et à leurs attaques. Toujours pour être clair : que vous soyez débutant ou confirmé, vous serez relativement égaux.

Si dans les autres modes vous devez attendre quelques secondes, un système pratique a été mis en place : lorsque vous apparaissez, vous vous déplacez sur une monture pour permettre de revenir plus vite au centre de l’action. Dès que vous êtes touché ou que vous tirez, vous en descendez. Ces modes de jeux là se veulent également très équilibré pour chaque équipe. Le mode mode siège par exemple ne définit pas quelle équipe va s’occuper de l’explosif à déplacer, il va falloir récupérer cet explosif en restant plus longtemps que l’équipe adverse sur le point central. La première équipe à 100% récupère l’explosif et peut le faire avancer. Pour le mode assaut, chaque équipe doit remplir une barre de progression en restant dans une zone de la carte, la première à 400 remporte la victoire.

Néanmoins, tout cela est bien pour un joueur récent ou qui ne cherche aucune complication. Si vous êtes plus exigeants, que vous souhaitez ressentir des réelles différences de prise en main entre chaque champion et que vous êtes désireux d’exposer votre skill pour être le meilleur joueur, Paladins n’est peut-être pas fait pour vous. Lors de mes longues heures de jeu, j’ai été agréablement surpris par la facilité de prise en main et l’amusement instantané, mais je ne suis pas un joueur esport ni un PGM : mes attentes n’étaient pas trop élevées. Pour finir, un mode classé est disponible dès lors que vous êtes niveau 15 et que vous disposez de 14 champions différents. Petit bémol, ces champions doivent être achetés avec de l’argent gagné lors des parties, ou avec la monnaie du jeu, payante bien évidemment.

Du contenu payant : skins, champions, montures …

Qui dit free-to-play dit contenu payant. Si l’achat du pack Fondateur à 29.99€ vous permet de débloquer l’intégralité des champions, qu’ils soient déjà dans le jeu ou qu’ils soient ajoutés après votre achat, vous ne posséderez pas les skins des personnages, ni leurs armes et vous n’aurez droit qu’à une monture (plutôt badass par contre). Heureusement, l’intégralité du contenu payant est sans effet sur le gameplay, vous ne serez pas plus fort en achetant 200€ de skins, juste plus beaux (mais ça dépend des skins). Vous ne serez donc à aucun moment poussés à l’achat. Nous n’allons pas nous attarder sur tout le contenu mais parlons au moins du Battle Pass.

Proposé au prix de 500 cristaux, sachant qu’un pack de 400 coûte 7.99€, celui ci vous permet de débloquer du contenu via un système de niveaux. À chaque partie et à chaque défis terminé, votre expérience Battle Pass augmente, et vous gagnez quelques petites récompenses si vous n’avez rien payé. Si vous avez payé, c’est la foire : chaque niveau vous rapporte soit un skin, soit de l’or, soit un coffre, soit un bonus … bref, c’est une façon de récupérer du contenu payant sans trop débourser. Tous les 3 mois, le Battle Pass est remis à zéro et il faut acheter le nouveau. À l’heure où ces lignes sont écrites, le prochain Battle Pass sera mis en place en juillet 2018.

Techniquement très propre

C’est certainement la grande surprise que j’ai eu en jouant à Paladins pour la première fois sur Nintendo Switch. Y ayant un peu joué sur PlayStation 4 avant sa sortie sur la console hybride, j’ai pu avoir un point de comparaison. Visuellement, le jeu utilise un système équivalent à DOOM, c’est à dire un flou constant, tout en restant bien moins prononcé que le jeu de Bethesda. Si vous mettez la version Switch et la version PlayStation 4 côte à côte, vous verrez évidemment la différence, sinon ça reste très agréable. Certaines textures sont un peu moins jolies, et la définition générale du jeu est changeant selon l’action à l’écran. Mais tous ces sacrifices permettent une chose très appréciée des joueurs, et très utile dans un jeu aussi rythmé : le nombre d’images par secondes est des 60, sans aucun ralentissement. En plus de 10 heures de jeu, je n’ai réellement jamais vu un seul ralentissement, que ce soit en mode TV ou en mode portable. Parlons-en de ce mode, le jeu est exactement le même lorsque vous jouez avec la console entre les mains. Mêmes sacrifices, même nombre d’images par secondes, rien ne change, et c’est une très bonne chose.

Petit bonus sur le multijoueur entre amis : comme d’autres jeux multijoueur sur Nintendo Switch, c’est une véritable leçon que donne le studio Hi-Rez à Nintendo. En comparaison à Splatoon 2, il est tellement simple d’inviter un ami dans son groupe et de lancer une recherche de partie que c’en est presque insolant. En partie, aucun soucis de ralentissement, les serveurs tiennent le choc sans aucun problème. De même pour la recherche d’une partie, tout va très vite.

Très bonne surprise
  • 75%
    Une bonne surprise - 75%
75%

Résumé

Si Paladins peut être comparé à d’autres jeux du genre, il a la chance d’être le premier sur Nintendo Switch. Équilibré, facile à prendre en main et surtout bientôt gratuit, il peut satisfaire grand nombre de joueurs. Néanmoins, là où le bât blesse, c’est si vous recherchez une expérience plus poussée, plus profonde avec un gameplay unique pour chaque champion. Paladins ne propose pas cela, il se destine d’après moi à un public un poil plus casual que certains de ses concurrents. Le côté technique est quant à lui quasi irréprochable, tant un effort semble avoir été effectué.

Envoi
User Review
50.6% (10 votes)

Découverte en vidéo

A propos de l'auteur :

DesBen

Je suis un geek de 23 ans, passionné avant tout par Zelda, Nintendo, Zelda, Google. Je joue sur Nintendo Switch, PlayStation 4, 3DS, j'ai un Galaxy A8 (2018) et un coeur de geek.

a écrit 191 articles sur Switch-Actu.

Un commentaire pour “TEST – Paladins : Champions of the Realm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.