Prinny 1•2 Exploded and Reloaded test switch
65%

Prinny 1•2 : Exploded and Reloaded, le bolossage au rang d’art – TEST

Les fans de la série Disgaea connaissent bien les Prinnies et leur gimmick “dood” : alliés peu puissants qui explosent dès qu’ils sont lancés, ils cachent sous une apparence adorable de pingouin des êtres humains condamnés à servir l’Overlord en place pour purger les méfaits accomplis de leur vivant. Couards, fainéants et fiers de l’être, ce ne sont pas des héros nés. Et pourtant, par le biais d’une écharpe magique, ils vont devoir, pour une fois, partir à l’aventure seuls dans Prinny 1•2 : Exploded and Reloaded, une compilation comprenant deux jeux originellement parus sur PSP. Deux titres ayant pour réputation d’être parmi les jeux de plates-formes les plus difficiles de l’histoire du jeu-vidéo. Un honneur qu’ils n’ont pas volé.

Ça swingue plus que ça ne brille

Je parle de “compilation“, mais contrairement à Super Mario 3D All-Stars, par exemple, Prinny: Can I Really Be the Hero? et Prinny 2: Dawn of Operation Panties, Dood! ne sont pas regroupés au sein d’un même menu et sont donc traités comme deux jeux différents par votre console, d’autant plus étonnant qu’ils sont très similaires. Une petite “flemmardise” de la part de NIS America qui s’étend aussi à l’aspect visuel des deux titres : quasiment aucune amélioration ne semble avoir été effectuée sur ceux-ci, et l’image nous donne tout simplement l’impression d’avoir lancé un émulateur PSP, ce qui fait tâche sur grand écran. Heureusement que la direction artistique, mélangeant 3D et sprites 2D, résiste plus ou moins au poids des années : avec un upscaling, on pourrait presque se croire en train de jouer à la nouvelle sensation du platformer indépendant parue sur l’eShop.

Si Prinny 1•2 : Exploded and Reloaded ne brille donc pas vraiment visuellement, il parvient à compenser cela avec une composition musicale brillante : les morceaux énergiques arrivent à donner une âme à chaque endroit que vous traversez et offrent à ces aventures humoristiques de vrais moments épiques. Les environnements semblent être au diapason avec la musique entendue : le hub paraît tout droit sorti de L’Étrange Noël de Monsieur Jack, les cuivres donnent une saveur latine au niveau tropical, et le shamisen nous immerge dans le temple japonais que l’on parcourt. On regrettera simplement que les boucles se relancent à chacune de vos morts ainsi que le manque de réorchestration de l’ensemble, que l’on peut néanmoins comprendre au vu de l’aspect très “niche” de cette compilation.

Mille vies et autant de Switch lancées par la fenêtre

Heureusement, du reste, que la musique est entraînante : il nous faut bien ça pour nous donner la force mentale de ne pas ragequit après notre cinquantième mort dans le même niveau. Prinny 1 et 2 sont fidèles à leur réputation de jeux difficiles et ne vous offriront pas un seul moment de répit, avec une courbe de difficulté qui s’envole rapidement après la troisième heure passée sur chaque jeu : en effet, les scénarios de ceux-ci (qui vous demanderont respectivement de ramener à Etna l’Ultra-Dessert et sa petite culotte) vous imposent une limite de temps qui fera tomber la nuit sur le monde. Libre à vous de sélectionner le niveau que vous souhaitez, mais sachez que ceux-ci deviendront de plus en plus ardus au fur et à mesure du temps qui passe : il n’est dès lors pas idiot de commencer par les plus difficiles afin que ceux-ci ne deviennent pas tout bonnement impossibles, le nombre d’ennemis présents pouvant devenir ingérable pour n’importe quel joueur.

Attendez-vous donc à voir votre millier de vies (ou plutôt votre escadron de mille Prinnies) fondre comme neige au soleil : si la plupart de ces morts vous seront imputables, d’autres seront à mettre au crédit de quelques aberrations de game design des deux titres composant Prinny 1•2 : Exploded and Reloaded. On peut passer sur le repop infini d’ennemis à certains endroits, mais le fait que votre personnage recule quand il se prend un coup vous fera chuter plus d’une fois. Qui plus est, les jeux vous obligent à appuyer sur bas pour délivrer un “coup de hanche” à vos ennemis afin de les assommer : loin de la simplicité d’un Mario et de quoi compliquer inutilement certains combats, particulièrement quand vous affrontez plusieurs adversaires à la fois (heureusement, contrairement à l’infâme Fantasia, ici le “saut+bas” fait bien l’objet d’une animation spécifique). Mais le plus gros problème reste l’incapacité absolue à corriger sa trajectoire une fois en l’air, si ce n’est par un double-saut. Si l’on s’y fait vite, cela va à l’encontre de la logique habituelle des jeux de plates-formes et vous coûtera des dizaines de vies dans certains niveaux.

Nous on reste orthodoxes

De fait, Prinny 1 et 2 semblent plus avoir été pensés comme des hack ‘n’ slash que comme des platformers purs et durs, et les combats en eux-mêmes sont réussis, avec des attaques à l’épée qui vous demanderont de masher le bouton Y de la plus satisfaisante des façons, même si les longues sessions finissent par faire mal aux mains. Si l’on ajoute à cette action constante des checkpoints fréquents et plutôt intelligemment placés, on finit par pardonner les défauts de Prinny 1•2 : Exploded and Reloaded et à prendre du plaisir à parcourir les deux jeux de la compilation : vous éteindrez probablement votre Switch de rage plus d’une fois, mais vous finirez par y revenir, convaincus que le challenge est à votre portée – et il l’est, globalement, à moins que vous ne fassiez partis des fous jouant dans un mode difficile qui ne pardonne rien. Un sentiment d’autant plus appuyé que les deux titres sont assez courts : comptez sept petites heures par tête pour les finir.

Fort des remarques faites au précédent opus, Prinny 2 rajoute d’ailleurs une difficulté “bébé” qui le rend un peu plus à la portée du joueur lambda, ainsi qu’une jauge de charge qui vous donne la possibilité de faire des attaques plus létales : après y avoir goûté, on ne pourra que regretter que cette option n’ait pas été ajoutée au premier jeu de la compilation. Malgré cela, lancer Prinny 1•2 : Exploded and Reloaded s’apparente à un voyage dans le passé, à une époque où l’arcade dictait le game design des jeux de salon (ceux qui ont déjà lancé Super Ghouls ‘n Ghosts, par exemple, comprendront) : le système de scoring et la note en fin de chaque niveau ne sont pas là pour rien. Ceux qui aimeraient retrouver ces sensations, ainsi que les fans de Disgaea les plus passionnés, devraient, comme moi, apprécier cette compilation : sachez juste à l’avance où vous mettez les pieds.


Il tape, tape, tape, c'est sa façon d'aimer
  • Il tape, tape, tape, c'est sa façon d'aimer - 65%
    65%
65%

Il tape, tape, tape, c'est sa façon d'aimer

Malgré de gros défauts qui seraient rédhibitoires ailleurs et un portage fainéant, Prinny 1•2 : Exploded and Reloaded possède un charme indéniable et devrait parler à ceux d’entre vous qui recherchent un challenge conséquent (pour ne pas dire “les masochistes”). Avec des mondes variés, une musique formidable et des scenarii loufoques qui vous arracheront plusieurs sourires, Prinny 1 et 2 valent la peine que vous leur laissiez une chance : l’habit ne fait définitivement pas le moine.

Les +

  • Direction artistique charmante
  • Expressivité des personnages
  • Humour délirant
  • Environnements variés
  • Système de choix de niveau malin
  • La difficulté facile de Prinny 2
  • Localisation française et doublage anglais intégral
  • Compositions formidables
  • Satisfaisant

Les -

  • Très difficile
  • Visuellement proches des jeux originaux
  • Impossible de corriger sa trajectoire en l’air
  • Devoir appuyer sur “saut+bas” pour assommer les ennemis
  • Pas de mode facile dans Prinny 1
Sending
Note des lecteurs :
69.86% (14 votes)
giomosby

Contenu proposé par - Déjà 660 article(s) à son actif

Présentation : Fan de consoles Nintendo et de jeux japonais depuis que je suis en âge de tenir une manette. Si je ne suis pas dispo, c'est probablement que je visite un parc Disney.

guest
1 Commentaire
plus de votes
plus récents plus anciens
Inline Feedbacks
View all comments
R2DC

Je n’en suis pas sûr, mais je crois que mis à part l’édition collector, le jeu ne sera pas édité en version boîte de manière régulière.