Légendes Pokémon Arceus

Pokémon – Une licence vectrice de discorde

Nous ne sommes même pas à la mi-janvier et déjà, l’actualité autour de la Nintendo Switch produit de nombreux remous parmi la presse et les joueurs. Après de folles rumeurs sur un éventuel Mario Kart 9 (qui laissent dubitatif notre cher Callisto), c’est un autre jeu qui nous intéresse aujourd’hui avec Légendes Pokémon Arceus. À deux semaines de la sortie du titre, je voulais me pencher sur ce que nous savions du jeu mais aussi et surtout, de la véritable tempête dont il est à l’origine depuis son annonce en début 2021 et qui met en lumière les contradictions d’une fan-base.

Souvenez-nous : le 21 février, Game Freak dévoilait le tout premier trailer de Légendes Pokémon Arceus. Immédiatement, deux clans distincts se formèrent (à l’image des clans Diamant et Perle du jeu pourrait-on noter) : celui de l’émerveillement et celui de la colère. L’émerveillement chez les joueurs ravis de découvrir le “Pokémon-BOTW” réclamé à corps et à cris depuis la sortie de la Nintendo Switch et la colère chez ceux qui furent outrés de la qualité des visuels du jeu. À la décharge de ces derniers, il est vrai que les séquences où certains monstres de poches se déplaçaient littéralement image par image avaient de quoi inquiéter, moi le premier, d’autant que le jeu était déjà annoncé pour une sortie dans un an.

Néanmoins, plutôt que de saluer une prise de risque de la part de Game Freak, chose suffisamment rare pour être notée, l’accent a davantage été mis sur le retard technique accusé par Légendes Pokémon Arceus. Au fil des mois, le jeu s’est montré de façon régulière, entre formes régionales, Pokémon Monarques et nouveaux personnages, et a plutôt eu tendance à rassurer une partie des inquiets grâce à des visuels de plus en plus attirants et à un système de jeu qui a le mérite de grandement changer par rapport au schéma classique de la série. Et pourtant, on retrouve encore des commentaires critiquant vertement des environnements “vides dignes de la N64″ et demandant même un report du jeu (quand il ne s’agit du traditionnel appel au boycott).

Ce rappel de faits m’amène à ce second point : ce genre de conflit au sein de la fan-base Pokémon ne date pas d’hier. On pourrait même dire que la communauté est historiquement connue pour être en proie à de violentes colères de la part de ses membres et ce, pratiquement depuis ses débuts. Je me souviens personnellement de la période ayant précédé la sortie de Pokémon Version Noire et Pokémon Version Blanche (en mars 2011 en France, bientôt dix ans !) qui avait été environnée de critiques très vives : certains vomissaient littéralement sur chaque nouveau Pokémon (l’Ermite Moderne avait d’ailleurs fait une excellente vidéo à ce sujet), d’autres sur les environnements et d’autres encore sur la présence exclusive des 150 Pokémon du Pokédex d’Unys jusqu’à la victoire contre la Ligue. De manière intéressante, c’est à cette période que j’ai vu le plus de joueurs utiliser l’argument “Pokémon, c’était mieux avant“, louant les anciennes générations et condamnant n’importe quelle proposition émanant de Noir et Blanc. Comique quand on entend ces mêmes personnes pester contre le manque de renouvellement de la série.

Depuis, chaque génération est accompagnée de critiques et d’appels au boycott tout en cumulant des millions et des millions de ventes à travers le monde. Pokémon Soleil et Lune ont eu le droit au même tarif et ne parlons de Pokémon Épée et Bouclier dont la période précédant la sortie n’a été qu’une longue suite de plaintes et, encore une fois, d’appel au boycott. Pour en revenir à Légendes Pokémon Arceus, le forum Resetera a même vu naître un sondage posant la question suivante (traduite de l’anglais) : “La série Pokémon devrait-elle se scinder en deux branches de jeux – l’une pour les enfants, l’une pour les vétérans plus âgés ?“.

Qu’on se le dise : oui, Pokémon est une série conflictuelle et à raison. Les environnements ne sont pas les plus beaux sur le marché même si je reste sceptique par rapport aux comparaisons des derniers jeux avec des titres comme Genshin Impact. Le concept est littéralement le même depuis plus de 25 ans bien que ce soit le cas pour l’immense majorité des séries à succès, de Call of Duty à Assassin’s Creed en passant par les grands J-RPG.

Néanmoins, prenant tout ceci en considération, est-il impossible d’admettre que l’on peut passer un agréable moment sur les jeux Pokémon les plus récents ?

Oui, tout pourrait être mieux dans un monde où Pokémon ne serait pas la série à succès que l’on adore et soumise à une pression constante exercée par un anime dont il est impératif de garder le rythme et des milliards de yens générés par des produits dérivés en constant renouvellement. Compte tenu de cet écosystème étouffant dans lequel gravite la licence, on peut dire que les jeux Pokémon ne s’en sortent pas si mal.

Il est encore trop tôt pour se prononcer sur le succès à venir de Légendes Pokémon Arceus mais peu importe le résultat final, on pourra reconnaître à Game Freak cette prise de risque qui aura eu le mérite d’essayer de proposer quelque chose de différent. Tout ceci pour dire que le bashing est certes une pratique très à la mode depuis l’expansion des réseaux sociaux mais peut-être vaudrait-il mieux le réserver pour des sujets plus importants qu’un retard technique.

+1
0
+1
7
+1
2
+1
0
LatoJuana

Contenu proposé par - Déjà 655 article(s) à son actif

Présentation : Otaku gamer avec un tropisme particulier pour Nintendo, les séries TV et les Boy’s Love romantiques.

guest
1 Commentaire
plus de votes
plus récents plus anciens
Inline Feedbacks
View all comments
Nightwing

Oui la communauté râle car Game Freak ne garde jamais ce qu’on apprécie dans la licence (zone de combat, Pokémon World tournament, Mega évolutions, capacité Z…) et les jeux sont de plus en plus épurés. Ensuite je ne vois pas très bien ou est la prise de risque sur Arceus ? Game Freak reprend ce qui a DÉJÀ été fait avec Épée et bouclier et les DLC : zones ouvertes, missions. Donc hormis le gameplay de capture qui change un peu on ne pas vraiment parler de prise de risque ou de révolution. Ils reprennent ce qui a été fait… Lire plus »