Fallen Legion Revenants : justement oublié, ou vrai pépite cachée ? - TEST
54%

Fallen Legion Revenants : justement oublié ou pépite cachée ? – TEST

Soyons honnêtes, jamais je n’aurais pensé un jour tester Fallen Legion Revenants. Je n’avais en effet jamais entendu parler de cette série japonaise de jeux, arrivée sur consoles et PC en 2017. Alors quand s’est présentée à nous l’occasion de pouvoir en faire un test dans nos colonnes, je me suis empressé d’aller voir sa fiche eShop pour y remarquer que, d’une part aucune information sur le jeu n’y était présentée, que le bougre n’était pas traduit dans la langue de Molière et qu’il coûtait la jolie bagatelle de 39,99€. Un prix qui me semblait faire partie du haut du panier des productions vidéoludiques arrivant sur notre console favorite et qui imposait par la même occasion une exigence qualitative supplémentaire pour ce titre développé par YummyYummyTummy. Un visionnage de trailer plus tard et j’étais parti, le sac rempli de scepticisme et d’appréhension, pour activer le code de Fallen Legion Revenants sur ma Nintendo Switch.





Fallen Legion Revenants ne s’embarrasse pas de courtoisie et nous plonge directement dans le bain de son intrigue. Pas le temps de nous familiariser avec l’univers et ses personnages que nous voilà déjà embarqués dans les pérégrinations de Rowena et Lucien, l’une sur le champ de bataille avec trois autres compagnons d’armes tandis que le second préféra mener quelques joutes verbales politiciennes contre Ivor, le maître de Welkin, un château volant que l’on devine être l’une des dernières places-fortes de l’espèce humaine. On se rendra cependant vite compte que toute cette mise en scène trouvera sa conclusion bien plus tard dans nos aventures, pendant que le titre de YummyYummyTummy nous placardera un légèrement frustrant “5 mois plus tôt“. Une introduction scénaristique un brin clichée, qui aura au moins eu le mérite d’avoir pu nous apprendre les bases de la boucle de gameplay de Fallen Legion Revenants.

Hydre à deux têtes

Celle-ci se décomposera en deux phases bien distinctes. Comme vous avez pu le lire plus haut, Fallen Legion Revenants nous permettra de pouvoir contrôler Rowena, une féroce guerrière qui cherchera à libérer son enfant des geôles de Welkin et Lucien, un politicien rusé qui essayera de mettre fin à la tyrannie d’Ivor. Pendant que ce dernier tentera d’embobiner ses adversaires du conseil à coup de complots et autres trahisons, dans ce qui pourrait s’apparenter à un gameplay tout droit tiré d’un visual novelavec dialogues à choix multiples, réponses chronométrées et tout le toutim, notre maman en détresse devra, elle, se défaire de monstres en tous genres au cours de combats tactiques qui seront, en réalité au cœur de notre aventure. Entre les deux, nous pourrons parcourir les entrailles de Welkin avec Lucien pour converser avec ses habitants, lire quelques livres à la bibliothèque, équiper les guerriers de Rowena et en invoquer – au prix d’un écran de chargement particulièrement long – de nouveaux grâce aux armes que l’on récupéra sur le champ de bataille.

Concrètement, la structure de Fallen Legion Revenant ne variera pratiquement jamais d’un iota, et ce du début jusqu’à la fin du titre. Elle nous amènera à nous lancer dans une mission qui fera évoluer le scénario et qui sera composée d’une demi-douzaine de combats avec Rowena, entrecoupée de quelques rebondissements scénaristiques venus de notre cher Lucien et qui auront, la plupart du temps, des conséquences sur nos deux personnages. Leurs destins seront, en effet, étroitement liés et leurs décisions respectives viendront corser ou faciliter la réalisation des objectifs de l’autre pendant ses missions. Un bon moyen de venir atténuer la monotonie qui s’installe indubitablement à force de toujours répéter les mêmes schémas pendant toute notre partie.

Fallen “Indivisible ” Legion Revenant

Et il sera là le point de non-retour pour certains, puisque Fallen Legion Revenants n’arrivera, la plupart du temps, à retenir le joueur qu’à l’aide de son système, aussi particulier qu’excellent. Malheureusement, le peu d’explications et son côté complexe en rebuteront, j’en suis sûr, bon nombre d’entre nous et cela viendra parachever nos envies de ranger ce jeu trop répétitif, aux affrontements mal expliqués, dans les tréfonds de nos backlogs. Inspiré par Valkyrie Profile et rappelant fortement le récent Indivisible, le système de combat de Fallen Legion Revenants attribuera à chacun de nos quatre champions un bouton de notre Joy-Con droit ainsi que trois points d’actions qui se rechargeront plus ou moins vite selon les équipements et les altérations d’état qu’ils pourront subir. Placés à gauche de notre écran, nous pourrons également les déplacer sur les quatre tuiles marquées au sol pour éviter certaines attaques ou pièges ennemis placés dans notre camp. De l’autre côté, vos adversaires auront également leur terrain divisé en quatre parties, mais disposeront, en plus de leur barre de santé, d’une jauge de résistance qu’il faudra briser afin de leur appliquer le plus de dégâts possibles.

D’une richesse folle, les affrontements de Fallen Legion Revenants viendront s’agrémenter au fil de notre progression d’attaques spéciales, activables grâce aux gâchettes droites de votre console, d’un système de combos et de mana qui nous permettra d’enchaîner les attaques dévastatrices, de potions à utiliser dans nos moments les plus désespérés et d’une mécanique de contre qu’il faudra à tout prix maîtriser pour ne serait-ce qu’espérer atteindre le boss du niveau. Parce que oui, je l’avoue, j’ai très vite décidé d’appliquer l’ancestrale technique dite “du bourinage” de boutons pour me sortir de mes premières missions, mais force est de constater que cela ne marche tout simplement pas dans Fallen Legion Revenants. Un excellent point d’ailleurs, car plus que l’attaque, c’est la défense et le timing de vos attaques qui vous permettront de battre les boss les plus retors du jeucertains d’entre eux prennent quand même quelques dizaines de minutes pour en venir à bout. Temporiser l’arrivée nécessaire des points d’actions de votre équipe en contrant les assauts adverses – le timing des paris est juste assez permissif pour les réussir si l’on est assez attentif, avant de briser sa jauge de défense avec un puissant combo que l’on aura testé en entraînement un peu avant fera, à coup sûr, partie des moments marquants de notre quête pour faire chuter Ivor.

Wii are legion

Parce qu’à part ça – et peut être avec sa bande originale et son doublage anglais, le titre édité par NIS America ne propose rien d’autre de bien folichon. Son esthétique tout droit venue des meilleurs RPG japonais de la PlayStation Vita n’aidera pas à passer outre les animations de ses personnages qui m’ont fait penser à des personnages découpés dans du carton, aux membres reliés avec des attaches parisiennes. La mise en scène est également aux abonnés absents et il faudra majoritairement se contenter de plans fixes et parfois de – jolis – artworks comme seuls moyens de s’immerger dans l’histoire pourtant prenante du jeu. Que dire également du bestiaire du titre qui n’arrive pas à se renouveler au même rythme que le nombre de combat qui nous est servi à chaque mission.

On aurait au moins pu se consoler avec le fait que Fallen Legion Revenants, grâce à son manque d’ambition graphique, tourne bien sur Switch si quelques autres maladresses ne s’étaient pas glissées entre-temps dans le jeu. Je pourrais par exemple parler de ses multiples “bonnes et mauvaises” fins qui peuvent apparaître à tout moment (à l’image de Nier Automata), mais qui nous forceront à refaire tout un niveau depuis le début, boss y compris, pour récupérer la voie scénaristique principale, ou encore ces personnages qui nous récitent la même phrase amicale par défaut dans le hub du jeu alors que nous venons tout juste de nous écharper violemment aux yeux du conseil durant la mission précédente. Une œuvre percluse de petits accros, parachevés par des phases d’infiltrations chronométrées de Lucien, aussi peu intéressantes que frustrantes à jouer.

+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Fallen Legion Revenants boitille
  • Fallen Legion Revenants boitille - 54%
    54%
54%

Fallen Legion Revenants boitille

Au final, Fallen Legion Revenants peine à tout simplement marcher sur ses deux pieds. Si sa partie combat m’a fortement plu, celle de Lucien a, quant à elle, peiné à me convaincre totalement. La faute a un temps de présence à l’écran beaucoup moins long que pour Rowena – ce qui n’est pas un mauvais point en soi, que YummyYummyTummy a jugé bon d’étirer au maximum. Dommage donc pour Fallen Legion Revenants qui arrive en béquille à un tarif un peu trop ambitieux sur le Nintendo eShop.

Les +

  • Un scénario aux multiples embranchements scénaristique
  • Un système de combat complexe,  profond et bien pensé.
  • Une BO qui fait le boulot.
  • Les doublages anglais qui ont le mérite d’exister.

Les -

  • Une boucle de gameplay trop répétitive.
  • Une réalisation d’un autre temps.
  • Des phases d’infiltration rentrées au chausse-pied.
  • Trop de petites maladresses dans le design du jeu.
Sending
Note des lecteurs :
51% (2 votes)
Ducksan

Contenu proposé par - Déjà 211 article(s) à son actif

Présentation : La légende raconte qu'il est tombé dans le puit sans fond des jeux indépendants quand il était petit. Elle rajoute qu'une fois remonté, il plongea malencontreusement dans le puit du voisin d'à côté, celui de la collectionnite aigüe pour les versions boîtes de jeux Nintendo Switch.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments