85%

Evergate, une belle épopée dans l’Au-delà – TEST

L’Indie World du 18 août a révélé une multitude de jeux développés par la sphère indépendante, dont Spiritfarer, The Short Hike, Hades ou encore la mise à jour multijoueur de Oie Simulation – pardon, Untitled Goose Game. Si ces annonces ont naturellement attiré le feu des projecteurs, d’autres titres présentés ont été éclipsés et ont pu vous échapper. Revenons ici sur Evergate, un puzzle-platformer crée par Stone Lantern Games et édité par PQUbe Limited qui vous met dans le peau de Ki, une âme égarée qui cherche à en retrouver une autre. Pour ce faire, Ki devra traverser des dizaines de niveaux (dessinés à la main, qui plus est !) qui demanderont à la fois d’être vif, précis et rapide. Au vu des premières images, le jeu s’apparentait à une simple copie de Ori ou Hollow Knight, mais il serait très injuste de ne le réduire qu’à ça, comme vous ne tarderez pas à le découvrir dans ce test !

La Flamme, l’espoir de l’Evergate

Evergate raconte les péripéties d’un esprit, Ki, qui cherche à se souvenir de sa vie passée pour retrouver une âme égarée. Pour cela, il se plonge dans l’Evergate et doit parcourir une suite de niveaux, répartis dans plusieurs chapitres, qui retracent les souvenirs de sa vie passée et contribueront à lever le voile sur cet esprit corrompu par le mal qu’il recherche. Pour aider Ki dans son périple, les gardiens de l’Evergate lui confient une lumière spéciale, appelée la Flamme Spirituelle. Cette dernière lui permettra de voyager à travers les différents univers qui ont constitué sa vie en activant divers cristaux qui sillonneront sa route. Chaque chapitre propose sept parcours qui abordent un thème bien précis, comme la Japon du XVIIIème siècle ou l’Europe du XXème siècle. Tous les niveaux sont dessinés à la main, ce qui donne une aura magique au jeu : l’ambiance générale du titre est en parfaite adéquation avec le level-design.

Evergate repose sur un système de die and retry, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de compteur de vies. Vous mourez ? Recommencez. Vous mourez encore ? Recommencez encore. Il n’existe pas de point de sauvegarde dans un niveau donc si vous échouez, vous devrez le reprendre depuis le début. C’est d’ailleurs ce qui fait son charme, comme tout die and retry qui se respecte : recommencer un niveau plusieurs fois pour en saisir toutes les mécaniques, savoir dans quel ordre faire les choses et avoir le bon timing laisse un sentiment de fierté lorsque “l’épreuve” est enfin terminée. La difficulté est bien évidemment très présente, mais n’est jamais frustrante, car le level-design est bien pensé, à la manière d’un Celeste dont la précision demandée en a ébloui plus d’un. Dans Evergate, Ki ne peut compter que sur sa Flamme Spirituelle pour triompher des obstacles qui se mettront sur sa route et si cela peut sembler vite redondant en termes de gameplay, les développeurs ont su ajouter assez de variété tout au long de la partie pour ne pas se lasser.

Un gameplay exigeant, mais jamais injuste

Comme dit ci-dessus, Ki reçoit dès le début du jeu, ou presque, un cadeau des gardiens de l’Evergate : la Flamme Spirituelle. Cette dernière lui permet de parcourir les souvenirs de sa vie passée pour tenter de sauver l’âme qu’il recherche, car ce pouvoir lui donne la possibilité d’activer des cristaux aux effets bien différents. Sauter plus haut, se téléporter, faire un double saut, se transformer en boule de feu ou lancer des projectiles ne sont qu’un échantillon des capacités conférées par les cristaux. Le gameplay est donc très rapide à prendre en main, mais pour le maîtriser, c’est une autre histoire. Enchaîner les sauts pour activer tel ou tel cristal à l’aide d’un mur puis détruire un obstacle pour se téléporter au bon moment au bon endroit, voilà un bon exemple de l’agilité exigée par Evergate. Il sera évidemment nécessaire de s’y reprendre à plusieurs fois, cela passera peut-être par l’arrachage de cheveux, mais le sentiment d’accomplissement lorsqu’un niveau particulièrement ardu est enfin bouclé rattrape largement la frustration qui a pu s’installer.

Pour triompher d’un niveau, il faudra parfois l’analyser attentivement avant d’entreprendre toute action. En tant que jeu d’énigmes et de plateformes, Evergate pousse le joueur à réfléchir et à constituer sa route en prenant compte de tous les éléments affichés à l’écran, qu’ils soient des cristaux, des murs ou des structures fragiles. Au premier faux pas ou à la moindre hésitation, la punition est quasiment immédiate : il convient donc d’associer rapidité et efficacité. Heureusement, la Flamme Spirituelle ralentit le temps et permet de viser “sereinement” sans être dans un rythme effréné en permanence. Il est même possible de mettre un pointeur sur l’écran indiquant le chemin exact que prendra la Flamme si vous êtes vraiment perdu, mais cela ne sert pas à grand-chose et donne encore moins de temps pour réaliser l’action.

Une ambiance magistralement construite

Comme annoncé en introduction de ce test, Evergate propose un somptueux univers dessiné à la main qui prend place dans différents lieux à différentes périodes : l’ambiance change entre chaque chapitre et les différences entre les époques sont appréciables. Se retrouver en Chine au XIXème siècle puis passer au New-York du futur apporte des modifications à la manière dont le niveau doit être abordé, de par l’ambiance qu’il y règne et les nouveaux cristaux. Visuellement, les décors sont d’une très grande beauté, et ce peu importe l’époque dans laquelle se déroule un chapitre. Le choix des niveaux réalisés à la main rend parfaitement hommage à la beauté de l’univers du titre, même s’ils sont un peu plus appréciables dans les chapitres associés au XIXème ou XXème siècle. Dommage que l’histoire ne soit pas plus poussée, car il y avait matière à faire pour rendre le périple de Ki plus émotionnel : ceci étant dit, les flash-backs proposés de temps à autre pour retracer la vie des deux esprits sont adaptés à la direction artistique choisie, c’est-à-dire de petites animations dessinées à la main.

Au niveau de l’ambiance sonore, c’est un sans-faute : la musique est parfaitement adaptée à ce qui se passe à l’écran et est d’une qualité remarquable. L’immersion en est renforcée, car les accompagnements sont la plupart du temps calmes, presque rêveurs, ce qui s’apparente bien à l’idée que l’on se fait de l’Au-delà. A défaut d’avoir une histoire très solide, l’OST générale est une vraie réussite et parvient à mettre de l’émotion dans l’aventure. D’ailleurs, un des développeurs (le compositeur d’Evergate) a révélé une petite anecdote au sujet du jeu et de la bande-son sur Twitter : chaque développeur a conçu le titre pour qu’ils puissent se reconnaître dans le périple de Ki. Il a ainsi déclaré qu’il a élaboré le thème principal pour qu’il serve de berceuse à sa fille, née durant le développement du jeu. Cela donne une idée du degré d’investissement que chacun des développeurs d’Evergate a apporté au jeu, sans compter le fait qu’il est toujours intéressant d’entendre des anecdotes des concepteurs du jeu.

L’Evergate, la porte de l’Au-delà

La progression dans Evergate est très linéaire, chaque chapitre ayant le même nombre de niveaux et apportant à chaque fois un nouvel élément de gameplay pour varier l’expérience. Cependant, les développeurs ont pensé à ajouter des compétences, les artefacts, pouvant améliorer les pouvoirs possédés. Par exemple, il est possible d’augmenter sa hauteur de sauts, la vitesse de déplacements ou bien encore d’influer sur l’effet des cristaux. Les artefacts peuvent être débloqués à l’aide des essences dans chaque niveau : pour avoir tous les artefacts d’un chapitre, il faudra récolter toutes les essences, ce qui n’est pas une mince affaire. Il est aussi possible de débloquer des compétences en parcourant un niveau le plus rapidement possible, tâche là aussi assez complexe. Une seule capacité peut être équipée à la fois, il s’agit donc de choisir la bonne lorsque les circonstances l’exigent même si certaines d’entre elles sont moins utiles que d’autres : pour ma part, j’ai opté pour l’amélioration de la hauteur des sauts, bien pratique et ce pour chaque niveau. Les autres compétences ne m’ont jamais vraiment bluffé lorsque je les utilisais donc je suis resté la plupart du temps avec celle-ci, mais chacun se fera son propre avis lorsqu’il découvrira les capacités disponibles.

Enfin, abordons l’aspect technique d’Evergate : pour être court, c’est encore une fois un quasi sans-faute. Que ce soit sur TV ou en mode portable, le titre est beau et tourne très bien, sans ralentissements. Les transitions entre les niveaux sont aussi très fluides et permettent de replonger rapidement dans le vif de l’action. Comme d’habitude avec un jeu Nintendo Switch demandant de la précision, il est recommandé de jouer avec la manette Pro même s’il reste tout à fait possible de profiter du titre  avec les Joy-Con accrochés à la console : c’est moins confortable, mais largement faisable. Le jeu contient assez de contenu pour en justifier le prix demandé (20€) et les niveaux sont tous de très bonne qualité. De plus, si vous collectez assez d’essences, il sera possible de débloquer des niveaux bonus qui sont encore plus coriaces que les autres. Si vous n’avez pas eu assez de difficulté tout au long du jeu, voilà l’occasion idéale pour se rattraper. En bref, un titre très solide à tout point de vue !


Evergate, une belle épopée dans l'Au-delà
  • Un voyage poétique et exigeant - 85%
    85%
85%

Un voyage poétique et exigeant

Evergate est un de ces jeux qui sont noyés dans la masse et qui ne font pas beaucoup parler d’eux médiatiquement. Proposant beauté, difficulté et variété, ce titre se révèle être bien plus qu’un sosie de Ori ou Hollow Knight. Il mélange les meilleurs aspects des jeux du même genre tout en y ajoutant sa touche personnelle pour former une très belle aventure : cela en fait un des indispensables du Nintendo eShop.

Les +

  • Les niveaux faits à la main
  • La fluidité et la légèreté de Ki
  • Un gameplay à la fois varié et exigeant…
  • Des musiques incroyables
  • Des moments d’émotion
  • Techniquement solide

Les -

  • Une histoire un peu en retrait
  • Des artefacts à l’efficacité inégale
  • … qui ne conviendra pas à tout le monde
Sending
Note des lecteurs :
72.33% (12 votes)
Leotendo23

Contenu proposé par - Déjà 49 article(s) à son actif

Présentation : Etudiant de 18 ans, joueur Switch passionné de jeux vidéo depuis l'inoubliable Super Mario Galaxy. Toujours présent en ce qui concerne Mario, Zelda ou encore Splatoon.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments