Monster Hunter Stories : Un retour monstrueux – TEST

Monster Hunter Stories
55%

La licence Monster Hunter prend une place de plus importante dans le paysage vidéoludique. Ces dernières années, Capcom a sorti de nombreux épisodes à la philosophie différente avec notamment Monster Hunter World sur PS4 et Xbox One en 2018, ouvrant la licence à un public plus large avec accent sur la narration. Ensuite, Monster Hunter Rise en 2021 sur Nintendo Switch reprenait l’essence la plus pure de la série. En parallèle de ces opus principaux, l’éditeur japonais a développé une série de J-RPG plus classique avec la branche Monster Hunter Stories, dont le premier titre date de 2016 sur 3DS avec une suite parue en 2021 sur l’hybride de Nintendo.

Lors du Nintendo Direct Partner Showcase du mois de février, Capcom nous annonçait le retour du premier titre de la série sur Switch pour le 14 juin prochain. Après avoir pu donner notre avis sur la première dizaine d’heures de jeu, c’est maintenant le moment de savoir si le titre parvient à décoller après ce début un peu poussif.

Le monde des Riders

Contrairement aux jeux de la licence principale de Monster Hunter, vous n’incarnerez pas ici un chasseur, mais un “rider“. La différence entre ces deux termes semble assez explicite dans l’univers de Monster Hunter Stories, mais beaucoup moins dans les faits. Les bases de la série restent inchangées puisqu’il sera toujours question d’abattre des énormes créatures afin d’en récolter différents objets qui permettront de fabriquer des armes et des armures diverses. Par ailleurs, la récolte de différentes herbes, minerais ou autres insectes est également présente pour confectionner de nombreux objets utiles à l’aventure. Cette boucle d’amélioration des équipements est toujours aussi satisfaisante et permet une véritable montée en puissance de son personnage tout au long de l’aventure.

S’il y a bien une nouveauté entre les épisodes classiques et la série des Stories, c’est bien la liaison qui existe entre le joueur et les monstres. Dans ce titre, ces derniers ne sont pas uniquement des punching-balls géants, mais peuvent devenir les amis du joueur. Afin de nouer cette confiance entre une créature et son rider, il sera nécessaire d’explorer des petits nids de monstres, disposés aléatoirement dans l’ensemble du monde. Une fois dans l’antre des créatures, différents affrontements pourront vous être proposés, notamment contre le petit boss de la zone, qui garde un œil sur ses précieux œufs. Une fois vaincu, vous aurez le champ libre pour sélectionner votre futur monstre à l’aveugle, qu’il faudra aller faire éclore lors de votre retour au village pour y découvrir votre nouvel ami.

Les villages de ce Monster Hunter Stories jouent bien sûr un rôle important dans le développement de l’intrigue. Déjà, il faut noter que l’atmosphère dans ces derniers est particulièrement agréable. Chaque hameau possède ses propres particularités, que ce soit dans ses musiques, son architecture ou encore sa population, et ceux, qu’il soit situé dans une plaine, une montagne enneigée ou encore un volcan. Tout cela rend l’ensemble des actions à réaliser dans les villages plutôt engageantes. Il s’agira, par exemple, de rencontrer le forgeron pour y améliorer ses équipements, de discuter avec les différents personnages afin d’écouter et de réaliser leurs quêtes ou tout simplement de faire avancer l’intrigue principale.

Monster Hunter Stories, c’est aussi une histoire

Comme l’indique le nom du jeu, Monster Hunter Stories vient développer un récit autour des monstres de la franchise dont il est tiré. Cette histoire démarre après une petite escapade entre amis qui va amener à la rencontre de votre premier monstre : un Rathalos. Au retour de cette première expédition, une créature enragée, un Narcaruga, s’attaque à votre village et détruit de nombreuses bâtisses, dont celle de l’ami du héros principal, qui y perdra sa famille. De cet évènement découle une succession de péripéties, permettant de contrôler et d’anéantir ce qui enrage les monstres aux quatre coins du monde. Si quelques surprises viennent pimenter la narration, l’ensemble reste très, voir trop sage. Notons tout de même que de jolies cinématiques sont présentes afin d’agrémenter l’histoire, dont certaines viennent un peu trancher avec la direction artistique générale de ce Monster Hunter Stories. Le remaster proposé sur Switch débarque avec un doublage en japonais ou en anglais et ajoute un vrai plus à l’expérience.

Dans le but de découvrir l’ensemble de cette histoire, vous serez bien évidemment amené à voyager dans un monde aux nombreux paysages. Si les qualités artistiques du titre ressortent particulièrement bien dans les villages, c’est beaucoup moins réel dans les environnements d’exploration. On se retrouve avec de vastes étendues avec des textures quasi inexistantes dans lesquelles quelques monstres errent sans vraiment d’objectifs. Le pire restant l’absence totale de musique lors des déplacements, faisant encore plus ressortir ce sentiment de vide absolu de Monster Hunter Stories.

Pierre – feuille – dodo…

Comme tout bon RPG qui se respecte, Monster Hunter Stories propose son propre système de combat. On laisse de côté les affrontements en temps réel de la série principale pour un système au tour par tour, reprenant des bases de pierre, feuille, ciseaux, mais adapté à la sauce combat de monstres. Il existe trois types de coups qui ont chacun l’avantage sur un autre : les offensives d’attaque prennent le dessus sur les coups techniques qui sont efficaces sur les mouvements de vitesse. Vous devrez donc continuellement choisir quel type de coups vous souhaitez faire selon la créature qui se trouve en face. Par exemple, un Rathalos utilise préférentiellement l’élément attaque, qui sera plus facilement battu par la vitesse. Seulement, voilà, ce système ne fonctionne que sur le papier, puisqu’une fois en jeu, les monstres utilisent des attaques complètement au hasard. Cela rend les affrontements d’une pénibilité sans fin tant le joueur ne semble rien contrôler lors des affrontements.

Bien sûr, pour chaque combat, un monstre allié sera de la partie, et comme les adversaires, il possède un coup de prédilection, et comme les adversaires, il fera absolument ce qu’il a envie. À chaque tour, une petite confrontation a lieu, en fonction des mouvements choisis, et lorsqu’elle est gagnée par le joueur, elle permet de remplir une petite jauge d’amitié. Les points remportés permettent alors d’avoir accès à des coups spéciaux, tant pour le personnage principal que le monstre qui l’accompagne. Si jamais la jauge se remplit, il est alors possible de monter sur son monstre afin d’occasionner de lourds dégâts en réalisant des attaques spéciales qui sont propres à chaque monstre que vous chevauchez.

Monster Hunter Stories : Un retour monstrueux
  • Monster Hunter Stories : Un retour monstrueux - 55%
    55%
55%

Monster Hunter Stories : Un retour monstrueux

Monster Hunter Stories a tout du jeu qui n’était pas forcément nécessaire de faire revenir. Le travail de remasterisation fonctionne plutôt bien dans les villages avec une ambiance et une direction artistique soignée et l’apport du doublage dans les cinématiques est non négligeable. Par contre, dans les environnements extérieurs, le monde semble mort, un sentiment renforcé par l’absence totale de musique. Le système de combat de Monster Hunter Stories ne fonctionne pas. Il est entièrement basé sur le hasard et ne donne jamais l’impression au joueur d’avoir le contrôle sur ce qui se passe. Pour finir, l’histoire contée est très classique, mais se laisse suivre sans difficultés.

Les +

  • Une histoire classique, mais efficace
  • Des villages chatoyants et vivants
  • Le système d’amélioration de l’équipement “à la Monster Hunter”

Les -

  • Des environnements vides
  • L’absence de musique pendant les phases d’exploration
  • Le système de combat complètement basé sur le hasard
  • Pas de version boîte en Europe
Que pensez-vous de cette information ?
+1
3
+1
1
+1
1
+1
0


Dams
519 articles

Etudiant en Biologie, Joueur avec une préférence pour Nintendo et plus particulièrement pour la licence Pokémon

guest

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
buako

Ayant fait le 1 sur 3DS et le 2 sur switch(et étant accessoirement un très gros joueur de Monster Hunter depuis Tri sur Wii), je me permet un petit correctif : il n’y a aucun hasard dans les combats. Les monstres ont un cycle d’attaque qu’il faut apprendre pour réagir en fonction. Le cycle change s’ils s’enragent, se “chargent” (genre le zinogre) ou s’ils sont à la fois enragés et chargés. Quand on connait bien la licence, il est assez intuitif de savoir quel type d’attaque va faire le monstre en fonction de l’état. Mas sinon, il suffit d’observer (quitte à se prendre une première dérouillé) Sur les monstres de bases, c’est assez simple, les cycles étant court (un vélocidrome ne fera que des attaques vitesses en mode normal et technique en mode enragé si ma mémoire est bonne). Sur les monstres de fin de jeu, ça demande plus de mémoire (genre un zinogre va faire 2 attaques technique, se charger une première fois, 1 attaque technique, 2nde charge, 2 attaque vitesse pour finir par son ulti)
Les monsties qui nous accompagnent, eux, piochent une attaque dans leur panel d’attaque. Panel qui peut entièrement être modifié par nos soins via la fusion (chose essentielle dans le jeu qui n’est même pas abordée dans ce test )+ on peut choisir l’attaque du monstie pour peu qu’on ait assez de point d’amitié.

Je suis par contre complètement d’accord sur le vide du monde (qui était déjà présent sur 3DS) et le manque de musique.