kingdom hearts melody of memory switch date sortie
80%

Kingdom Hearts: Melody of Memory, la mélodie du bonheur – TEST

Kingdom Hearts doit se situer dans le top trois des franchises vidéoludiques possédant la meilleure musique – aux côtés de Final Fantasy et Xenoblade. Si les musiques tirées des films Disney font bien évidemment partie du succès de l’équation, il ne faut pas non plus nier l’immense qualité du travail effectué par Yoko Shimomura sur les arrangements et les compositions originales : c’est avant tout à elle que Kingdom Hearts: Melody of Memory rend hommage, en nous proposant de découvrir les meilleurs morceaux de la série dans un jeu de rythme développé par la talentueuse équipe derrière les excellents Theathrythm Final Fantasy. Est-ce que ceux-ci ont réussi le passage de la 2D à la 3D ? Et, surtout, est-ce que Tetsuya Nomura va, une fois encore, essayer de nous embrouiller le cerveau avec un scénario alambiqué dont il a le secret ? Découvrons cela ensemble.

Kairi aux éclats

La première chose qui frappe, en lançant le titre, c’est le grand nombre de mode de jeux : si nous savions d’ores et déjà que la sélection musicale se composerait de près de 150 titres, on ne peut qu’être surpris par la générosité des développeurs quant au contenu. Outre un mode aventure qui constitue le noyau dur de celui-ci, on retrouve aussi un mode “duel“, qui vous permettra d’affronter un joueur aléatoire en online avec un système de ranking, de la co-op pour pourfendre des Sans-Cœur avec un compagnon d’armes, un mode “chacun pour soi” exclusif à la Switch pour affronter des amis (attention, chacun doit posséder sa propre console), et des morceaux au choix si vous voulez jouer rapidement sur les compositions débloquées dans le mode aventure, le tout en vous offrant plusieurs styles de jeux. Si l’on pouvait trouver avant sa sortie que le prix de Kingdom Hearts: Melody of Memory était un peu cher, force est de constater que l’on en a pour son argent et qu’il faudra beaucoup de temps avant de s’en lasser (il m’a fallu huit heures pour rusher le mode aventure, mais comptez bien le double pour le finir à 100%).

Si le contenu impressionne, on ne pourra cependant pas en dire autant de l’aspect graphique qui, reprenant le moteur des remakes compilés dans la collection The Story So Far (inexplicablement jamais parue sur Switch), paraît daté quand on a joué au sublime Kingdom Hearts III. Les scènes tirées de ce dernier bénéficient d’ailleurs d’un gameplay particulier, où vous volerez devant un simple extrait vidéo : une solution un peu flemmarde. Néanmoins, parcourir les divers univers se fait toujours avec un grand plaisir, notamment grâce au travail de reproduction des Sans-Cœur qui peuplent chacun d’entre eux, mais aussi, évidemment, grâce aux ambiances musicales immersives qui s’adaptent à chacun des mondes : la plupart d’entre eux proposent d’ailleurs une piste “douce” et une piste “énergique“, ce qui permet, au choix, d’adopter une ambiance adaptée à votre session de jeu ou de rajouter de la variété à celle-ci.

Le Son qui Tue

La plus grand inquiétude face à Kingdom Hearts: Melody of Memory reposait cependant sur son gameplay : est-ce que les développeurs de Theathrythm Final Fantasy étaient parvenus à retranscrire la lisibilité de la 2D des jeux 3DS sur un environnement en trois dimensions ? La démo n’avait fait que renforcer cette préoccupation, en nous montrant quelques passages que l’on qualifiera poliment de “bordéliques“. Heureusement, une fois le jeu en main, on ne peut qu’être rassurés : s’il peut arriver de perdre le fil de l’action quand trop d’ennemis apparaissent à l’écran – principalement en mode difficile – et que l’on regrettera quelques imprécisions au niveau des perspectives des ennemis volants, force est de constater que le tout reste clair, lisible et fluide. Un bel exploit au vu du nombre d’informations et d’indicateurs présents à l’écran.

Dans la plus pure tradition du “simple à comprendre, dur à maîtriser“, les contrôles de Kingdom Hearts: Melody of Memory seront rapidement appréhendés, autant par les vieux briscards du genre que les néophytes : on attaque avec A/L/R, on saute avec B et on active les sorts avec Y – les combats de boss ainsi que les scènes tirées de Kingdom Hearts III vous demanderont aussi d’utiliser les joysticks. Simple comme bonjour, mais le jeu mettra vos réflexes à dure épreuve dans les modes standard et difficile, surtout sur les derniers mondes. Cependant, le placement parfait des actions sur les notes et les percussions permet de ne jamais se sentir floué : c’est bien simple, tout est si précis que l’on pourrait presque y jouer les yeux fermés, en se laissant guider par la musique. Du vrai travail d’orfèvre, d’autant plus respectable que le nombre de pistes musicales est grand.

Sans-Cœur et sans reproche

Ceux qui ont acheté Kingdom Hearts: Melody of Memory pour son mode aventure, intitulé ici “Tour des Mondes“, seront peut-être au regret d’apprendre que celui-ci se concentre surtout sur la revisite des épisodes déjà parus, avec pour chacun des cutscenes narrées par Kairi résumant grosso modo son histoire. Soyez donc prévenus : vous serez spoilé si vous regardez les cinématiques relatives à un jeu que vous n’avez pas fini. Les fans apprécieront néanmoins de pouvoir réviser leur lore en attendant le dernier monde, qui vous présentera le nouveau contenu soigneusement teasé : celui-ci suivra les événements de fin du troisième épisode et, sans trop en dire, ouvre la franchise vers de nouveaux horizons. Une fois n’est pas coutume, le réalisateur du jeu ne nous fait pas une “nomurade” (comme le dirait l’ami PandarOo) et clôt cela d’une manière claire, apportant plus de réponses que de nouvelles questions.

Ce mode histoire n’abandonne de plus pas les racines RPG de la franchise et vous permet de faire monter de niveau les différentes équipes que vous incarnerez, d’utiliser des objets (vous permettant, au choix, de vous donner quelques PV supplémentaires, vous faire gagner plus d’expérience, voire de faire intervenir le Roi Mickey en cas de coup dur) et de crafter ceux-ci auprès d’un Mog avec les matériaux récupérés lors de votre aventure. Si l’on est parfois perdu devant tant d’informations et de possibilités, celles-ci s’avèrent primordiales pour que chacun puisse profiter du titre, même au plus haut niveau : un choix d’accessibilité appréciable pour ce qui s’avère être un des meilleurs représentant du genre sur la console de Nintendo.


la mélodie du bonheur
  • Un hommage réussi - 80%
    80%
80%

Un hommage réussi

Le gameplay des jeux d’action et de rythme se ressemblent de plus en plus, alors pourquoi ne pas réunir les deux ? C’est le pari de Kingdom Hearts: Melody of Memory, qui vous fait découper du Sans-Cœur à la pelle au rythme des plus beaux morceaux de la série : un bien bel hommage à la compositrice Yoko Shimomura au contenu plus fourni qu’espéré. De quoi faire plaisir aux fans de la licence et bien plus encore, tout en faisant le lien entre le troisième épisode et ceux qui ne manqueront pas d’arriver.

Les +

  • Des compositions exceptionnelles
  • Beaucoup de contenu
  • Gameplay simple et précis
  • Amusant et addictif
  • Passage à la 3D plutôt réussi
  • Kingdom Hearts sur Switch, ça se fête

Les -

  • Manque parfois de lisibilité
  • Trop d’informations
  • Pas de duel en local
  • Histoire assez famélique
Sending
Note des lecteurs :
76.31% (26 votes)
giomosby

Contenu proposé par - Déjà 689 article(s) à son actif

Présentation : Fan de consoles Nintendo et de jeux japonais depuis que je suis en âge de tenir une manette. Si je ne suis pas dispo, c'est probablement que je visite un parc Disney.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments