Ash of Gods: The Way, telle est la voie ? – TEST’PRESSO

ash of gods the way test switch actu
70%

Ni les tactical ni les jeux de deckbuilding ne manquent sur Switch, mais un titre qui mélange les deux ? Voilà une proposition assez originale pour se démarquer un peu. Cette proposition, c’est celle d’Ash of Gods: The Way, un titre qui tente d’apprendre des critiques faites à son premier épisode, notamment sur l’opacité de ses systèmes et sa trop grande difficulté, pour proposer un jeu abouti et plus à même de satisfaire le grand public. Un pari plutôt réussi, car malgré des défauts évidents, on ressort du titre développé par AurumDust avec une certaine satisfaction face à un système de jeu assez abouti.

Chacun sa route, chacun son Chemin

En regardant la bande-annonce ci-dessus ainsi que les images accompagnant ce test, il vous est impossible de ne pas ressentir la filiation entre Ash of Gods: The Way et la série des Banner Saga : du style graphique aux animations, en passant par les combats se déroulant sur des grilles en 3D isométrique, dur de ne pas se dire “bon, c’est un peu abusé, quand même“. Mais il serait dommage de s’y arrêter, car le titre d’AurumDust arrive malgré tout à trouver un ton qui lui est propre, un peu moins sombre et fataliste, une bande-son moins médiévale et plus proche de celle de The Witcher (le compositeur de la série de CD Projekt Red a d’ailleurs travaillé sur le premier jeu, et est listé ici dans les inspirations musicales) et surtout propose un système de combat très différent. Différent, mais meilleur ? Cela dépendra évidemment de vos goûts, mais en tant que personne qui n’a jamais vraiment accroché au gameplay de la série de Stoic, j’ai plutôt été séduit par cette nouvelle proposition. Mais pour vous présenter celle-ci, il me faut d’abord vous résumer son univers.

Ash of Gods: The Way vous fait incarner Finn, un jeune homme vivant dans un univers où les batailles se règlent via un jeu de cartes, le Chemin, mettant en scène de vraies personnes. Face à la crainte de l’attaque imminente de la région voisine de Frisia, il va donc lui falloir rapidement apprendre les bases du jeu et en devenir un expert, à même de guider l’armée de son pays pour lutter contre l’envahisseur. Avec de nombreux retournements de situation, ainsi que des choix à faire qui détermineront l’issue de votre partie – plusieurs fins étant en effet au programme, l’histoire n’est malheureusement pas des plus mémorables, la faute à une écriture qui peine à trouver un ton consistant et se complaisant souvent dans des clichés. On notera néanmoins l’effort de proposer une traduction française, mais aussi un doublage intégral, qui n’est pas des plus convaincants mais a tout de même le mérite d’exister. Cela n’est néanmoins pas si grave : le titre donne l’impression de savoir que ce n’est pas son point fort, et expédie souvent rapidement les moments narratifs pour nous mettre dans le cœur de l’action qui, elle, est réussie.

Cartes sur table

Le système de jeu, donc, met en scène un champ de bataille quadrillé, de taille variable. De part et d’autre du plateau, les commandants, personnages à protéger à tout prix. Et au milieu, vous devrez installer vos combattants, sous forme de cartes. Vous pourrez en placer un par tour, ainsi qu’utiliser un objet ou sort (correspondant pour la plupart à de très utiles buff ou debuff). Les personnages avancent et attaquent automatiquement une fois placés, mais vous pouvez les décaler de droite à gauche afin de vous frayer plus facilement un passage jusqu’au commandant adverse. Les règles des combats peuvent varier, avec parfois la possibilité de placer autant de cartes que vous voulez, parfois un coup retors de l’adversaire en plein milieu de partie, et il va donc falloir savoir vous adapter à chaque situation, mais en son cœur, Ash of Gods: The Way est avant tout un jeu de deckbuilding. À vous de construire votre deck parmi toutes les cartes que vous recevrez ou achèterez. À vous de choisir quelles cartes upgrader en premier – car oui, chaque carte possède un arbre de compétence. À vous de décider si vous allez mélanger les cartes de plusieurs factions (il y en a quatre, chacune proposant une manière radicalement différente de jouer) ou construire vos decks autour d’une seule d’entre elles.

Comme vous pouvez l’imaginer, les possibilités sont vertigineuses, et les plus stratèges d’entre vous pourront passer de nombreuses heures à essayer de comprendre tous les tenants et aboutissants de la méta du jeu afin de construire les decks les plus efficaces possibles. Vous en aurez besoin afin de venir à bout du mode de difficulté le plus ardu, qui est tout bonnement impitoyable et retors, multipliant les coups du sort annihilant toute votre équipe et autres joyeusetés. Heureusement, les gens normaux pourront quant à eux se rabattre sur le mode normal et le mode facile, bien plus accessibles – notez d’ailleurs que la difficulté peut se changer à tout instant dans le menu de pause. Même si on regrettera que certains combats puissent un peu se bloquer, par exemple en faisant popper à l’infini des personnages juste devant le commandant ennemi, ces soucis résultent bien souvent d’un problème d’approche et non d’équilibrage et retravailler son deck suffit généralement à les résoudre. Avec de la vraie stratégie et des combats dans lesquels on a l’impression que nos décisions ont un réel impact, le système représente la vraie réussite du jeu et nous pousse à enchaîner les affrontements, ainsi qu’à tenter à chaque fois de réussir les objectifs secondaires rajoutant des contraintes (ne pas jouer plus de six cartes de personnages, jouer au minimum huit sorts…), au point qu’on aura tendance à lui pardonner ses défauts d’écriture et ses chargements un poil longuets.

Que pensez-vous de cette information ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Ash of Gods: The Way, telle est la voie ?
  • Un jeu porté par son système - 70%
    70%
70%

Un jeu porté par son système

Malgré un manque d’inspiration flagrant sur son aspect visuel ainsi qu’une histoire perfectible, Ash of Gods: The Way arrive à séduire grâce à un système de combat profond et travaillé qui pousse à la réflexion. Face aux affrontements de plus en plus difficiles, l’envie de travailler et optimiser ses decks nous prend et on finit par passer des heures dans des menus pour espérer devenir le meilleur joueur possible. Une bonne surprise du côté des jeux indés.

Les +

  • Système de combat profond
  • Affrontements assez courts adaptés à la Switch
  • Les trois modes de difficulté, modifiables à l’envie
  • Sympathique OST “Witcherisante”
  • Entièrement jouable au tactile
  • Direction artistique chouette…

Les -

  • … mais très peu originale
  • Chargements un peu trop longs et fréquents
  • Textes parfois trop petits
  • Histoire clichée et pas très inspirée
0%
Note des lecteurs :
0% (0 votes)


giomosby
1492 articles

Fan de consoles Nintendo et de jeux japonais depuis que je suis en âge de tenir une manette. Si je ne suis pas dispo, c'est probablement que je visite un parc Disney.