reconnaitre un faux leak nintendo direct

Comment reconnaître un faux “leak” de Nintendo Direct – TRIBUNE

Et c’est reparti… la semaine débute à peine qu’un supposé “leak” de Nintendo Direct vient déjà faire son apparition sur les réseaux sociaux et est même partagé par certains médias (qui précisent bien qu’ils n’y croient pas, certes, ce qui ne les empêche pas d’écrire un article à ce sujet avec un titre accrocheur). Au menu ? La révélation du contenu entier du prochain Direct, qui se tiendra le 12 février, voyez-vous, et qui nous révèlera le nom de la suite de The Legend of Zelda: Breath of the Wild, rien de moins ! Évidemment, ce leak, dont le seul élément de “preuve” provient d’une photo de travers d’un écran – un grand classique pour faire croire à une photo prise à la volée, est un faux. Parce que je suis, comme le reste de l’équipe, un peu agacé de voir ce genre de contenu partagé semaine après semaine, voici un petit guide pour vous permettre, vous aussi, de détecter un faux leak.

Attention, comme toute tribune, le contenu présent dans cet article relate le point de vue de son auteur. Il est possible que vous voyiez les choses différemment, auquel cas nous vous invitons à vous exprimer dans les commentaires pour apporter vos précisions ou vos avis.

La feuille de papier

À l’heure d’internet, du chiffrage et des serveurs sécurisés, quelle compagnie prendrait le risque d’imprimer le contenu entier d’une présentation aussi secrète et attendue qu’un Nintendo Direct ? Et même si le contenu était imprimé, le serait-il avec la police de caractères par défaut de l’application “Bloc-Notes” de Windows, avec un simple logo “Nintendo.png” inséré en en-tête ? Probablement pas. Et ce n’est pas la mention “CONFIDENTIEL” en bas de page qui nous fera croire à la véracité de la feuille que vous partagez.

La photo “à la volée” d’un écran

Nous en parlions en introduction, mais la photo de travers ou floue pour faire croire à une photo volée – et aussi pour rendre plus difficile la détection de l’utilisation de Photoshop – est un grand classique des faux leaks de Nintendo Direct, pour ne pas dire un marronnier. Pourquoi prendre le risque de perdre son travail si l’on veut partager une information confidentielle alors que l’on pourrait la confier oralement à des leakers ou journalistes réputés qui protègeront leur source ? Oui, nous avons déjà eu de très rares fuites basées sur des photos volées, mais c’est un élément qui doit vous inciter à la plus grande prudence.

Le Nintendo Direct ne contient aucune surprise

C’est là peut-être l’élément le plus abstrait, mais aussi souvent un des plus concluants. Dans la vraie vie, un Direct contient au moins toujours une ou deux surprises : des jeux inédits ou des portages impossibles que l’on ne s’attendait pas à voir débarquer sur Switch. Les faux leaks semblent coincés dans le même carcan, en ne nous présentant que des listings de suites à des licences connues, des remasters HD de jeux cultes de la Game Cube, ou bien des rêves de fans. Est-ce dû au fait que les créateurs de faux leaks manquent d’imagination, ou est-ce parce que ceux-ci sont plus partagés s’ils répondent aux attentes des fans ? Quoi qu’il en soit, si vous voyez un leak d’un Nintendo Direct et que celui-ci ne vous surprend en rien, méfiance.

Le non-partage par des médias de référence

Avant de partager une rumeur, posez-vous la question suivante : “Est-ce que celle-ci a été partagée par un média ou une personne de confiance ?“. Pour être plus précis, par “personne de confiance“, nous entendons une personne qui a déjà par le passé révélé des choses qui se sont révélées exactes (par exemple le compte Nintend’Alerts). Quant à la définition d’un “média de confiance“, elle dépendra de l’appréciation de chacun : si nous pouvons donner quelques noms (Eurogamer, Venturebeat, Gamekult), une liste exhaustive est compliquée. Si, néanmoins, vous voyez que le site que vous consultez – ou le YouTuber que vous regardez – a déjà par le passé partagé à de multiples reprises des rumeurs de leaks entiers de Nintendo Direct, méfiez-vous en comme de la peste.

Le leak contient l’entièreté, ou presque, du Nintendo Direct

Comme pour la photo volée, cet indice ne discrédite pas à 100% le leak que vous consultez : il est arrivé par le passé (une seule fois de mémoire, lors de l’E3 2019) que l’entièreté de la conférence d’un constructeur soit dévoilée par une personne. Néanmoins, ceci reste extrêmement rare : la plupart du temps, les fuites portent uniquement sur la date d’un Direct et les leakers ne connaissent que quelques jeux figurant dans celui-ci, généralement des titres third-party ou des jeux développés pour le compte de Nintendo en dehors du Japon (ce qui fait qu’ils ne savent généralement pas si la présentation sera un Direct général, un Mini ou un Partner Showcase). Si vous voyez donc qu’un leak contient l’entièreté du Nintendo Direct ou un grand nombre de titres first-party, celui-ci a toutes les chances d’être un faux.


Voici donc les cinq indices qui vous permettront de détecter si le leak que voyez circuler sur les réseaux sociaux est un faux : de manière générale, n’hésitez pas à utiliser votre bon sens avant de partager une information, tout aussi alléchante soit-elle. En échange, nous vous promettons, chers lecteurs, d’utiliser nous aussi le nôtre avant de vous partager une rumeur, afin que notre site soit, à notre échelle, le plus fiable possible.

Source(s) :
Évian
giomosby

Contenu proposé par - Déjà 847 article(s) à son actif

Présentation : Fan de consoles Nintendo et de jeux japonais depuis que je suis en âge de tenir une manette. Si je ne suis pas dispo, c'est probablement que je visite un parc Disney.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments