Nintendo intensifie sa lutte contre le piratage

Souvenez-vous, le 23 mai 2018, nous vous parlions du fait que Nintendo commençait à bannir certains hackers. Ces derniers n’avaient donc plus aucun accès aux services en ligne de la console, qu’il s’agisse de l’eShop ou du multijoueur. Nous apprenons récemment que l’entreprise ne compte pas s’arrêter là, en effet malgré la faille matérielle de la console permettant son hack, Nintendo est dorénavant capable de repérer les jeux piratés et ce jusqu’à la cartouche d’origine. Chaque cartouche de jeu sur Nintendo Switch possède un certificat unique, qui est identifié en ligne. Si cette cartouche est repérée comme piratée, et donc recopiée, elle est directement bannie du listing. Il ne sera donc plus possible de l’utiliser sur une Nintendo Switch.

Néanmoins, un petit soucis se pose. Si un hacker revend une cartouche qu’il a copiée, et donc qui est bannie par Nintendo, l’acheteur ne pourra évidemment pas s’en servir. Il est nécessaire pour les ventes entre particuliers de vérifier la cartouche, mais également pour les boutiques d’occasion qui peuvent parfois racheter un jeu sans même le tester. Si cela vous arrive en boutique, votre jeu est garantie quelques semaines / mois selon le revendeur. N’hésitez pas à aller les voir directement et à appuyer sur le fait qu’il s’agit probablement d’une cartouche hackée et bannie.

Rappel important

Pour rappel, il est strictement interdit de faire l’apologie du hack de Nintendo Switch sur Switch-Actu. Les débats sont évidemment possibles, mais sans conseiller ou pousser d’autres utilisateurs à hacker leur console. De plus, la publication de liens faisant référencement à des tutoriels de hack seront supprimés et leur auteur banni. Nous sommes un peu comme Nintendo sur le coup.

DesBen

Contenu proposé par - Déjà 836 article(s) à son actif

Présentation : Joueur de 25 ans, fondateur du site Switch-Actu.fr, je suis passionné par le jeu-vidéo depuis The Legend of Zelda: Ocarina of Time. Je joue sur Nintendo Switch, Xbox One, PlayStation 4, parfois sur mon smartphone. Rédacteur freelance, j'ai également un certain affect pour le webdesign, à mon niveau.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments