financial times inquiet pour nintendo

Le Financial Times s’inquiète pour Nintendo

Aujourd’hui, Nintendo avait beaucoup de bonnes nouvelles a présenter à ses actionnaires, comme vous avez pu le découvrir dans le résumé de Dam’s : la console se vend mieux d’année en année, et pourrait encore atteindre un pic en 2020, s’approchant des 75 millions d’unités écoulées. Et pourtant, tout le monde n’est pas content, puisque le quotidien économique de référence en Europe, The Financial Times, a émis un rapport plutôt alarmiste sur l’action, disant que le constructeur semblait “au point mort“. Bien entendu, le haut niveau actuel de l’action Nintendo n’incite pas forcément à l’achat (elle peut encore monter, mais vous n’allez certainement pas gagner gros en achetant maintenant), mais le papier du Financial Times dénote tout de même d’une méconnaissance du monde du jeu vidéo assez alarmante, de la part de gens sensés faire la pluie et le beau temps dans le domaine boursier.

Le constructeur japonais doit s’adapter à un marché qui s’éloigne rapidement des consoles“, assène-t-il. Le même discours, donc, que l’on entend depuis des années et que les 106 millions de PlayStation 4, les 46 millions d’Xbox One et les 52 millions de Switch vendues viennent faire mentir. Encore plus dur, selon le Financial Times, la dernière console de Nintendoest sur le point de devenir obsolète” :

La Switch, âgée de trois ans en mars, est sur le point de devenir obsolète. Les concurrents lancent des smartphones et de nouvelles consoles avec les toutes dernières fonctionnalités, tandis que le cloud gaming pose un défi au secteur.

Ce que le quotidien ne semble pas comprendre, c’est que la Switch a toujours été en retard sur la concurrence, techniquement parlant. Si celle-ci se vend, c’est parce que les consommateurs apprécient son hybridité, et que son catalogue est riche en excellents titres et portages, autant de la part du constructeur japonais que d’éditeurs tiers et indépendants, qui apprécient la grande facilité de programmation de la console. Quand au cloud gaming – une nouveauté qui, comme la VR, n’intéresse que très peu le marché japonaisNintendo le regarde encore de loin, sans le mettre de côté. Une bonne approche, semble-t-il, quand on constate l’échec cuisant de la Google Stadia.

Alors, certes, comme le dit le Financial Times, “aucune nouvelle console n’est prévue pour cette année“. Mais est-ce vraiment un problème, tant que les exclusivités continueront d’affluer sur la Switch ? Animal Crossing: New Horizons est pratiquement assuré de se vendre à au moins 10 millions d’exemplaires, et nous attendons encore Bayonetta 3, Metroid Prime 4 ainsi que, surtout, la suite à The Legend of Zelda: Breath of The Wild, écoulé au total à presque 18 millions d’exemplaires. Enfin, pour les plus inquiets pour la sécurité financière de Nintendo d’entre vous, soyez rassurés : l’entreprise est gérée avec intelligence et possède une bonne réserve de cash pour subvenir dans les temps difficiles – on l’a constaté à l’époque de la Wii U.

giomosby

Contenu proposé par - Déjà 350 article(s) à son actif

Présentation : Fan de consoles Nintendo et de jeux japonais depuis que je suis en âge de tenir une manette. Si je ne suis pas dispo, c'est probablement que je visite un parc Disney.

Un commentaire pour “Le Financial Times s’inquiète pour Nintendo

  1. C’est en effet surprenant de méconnaissance cet article!
    Sans doute des personnes qui ont cru que Stadia allait balayer la concurrence -lol-
    Pendant ce temps là, les petits artisans de chez BigN ne lisent pas le Financial Times, s’en mettent plein les fouilles et continuent de ciseler des petits concepts novateurs et des Zelda Botw2 qui vont re-révolutionner l’Open World 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.