Ghost Trick, fantomatiquement vôtre – TEST

Ghost Trick Test Switch
90%

Affronter son destin et tenter d’y échapper n’est pas la chasse gardée des auteurs antiques comme Sophocle et sa version du mythe d’Œdipe. Des créateurs bien plus contemporains se sont eux aussi emparés de cette thématique passionnante et angoissante à l’image de Shu Takumi quand il développa Ghost Trick. En 2010, Capcom publia cet étonnant petit jeu qui allait récolter un joli succès auprès de la presse et des joueurs. Treize ans plus tard, le thriller surnaturel revient dans une jolie version HD sur Switch et autres plateformes avec la ferme intention de charmer une nouvelle génération de joueurs.

NB : ce test a été réalisé sur une version envoyée en avant-première par Capcom France.

Le malheur aime la compagnie

Dans Ghost Trick, vous incarnez Sissel. Ou plus exactement, l’esprit de Sissel, l’homme étant récemment décédé dans des circonstances plus que louches. Et comme le malheur aime la compagnie, Sissel est également amnésique en plus d’être voué à disparaître au prochain lever de soleil. Un tableau qui pourrait sembler un brin désespérant si notre héros ne se découvrait pas les étonnants pouvoirs des morts. En tant qu’esprit, Sissel peut posséder et manipuler de nombreux objets de son environnement immédiat. Plus fort encore : en possédant un cadavre, Sissel peut remonter le temps quatre minutes avant la mort de son “propriétaire” et ainsi tenter de lui sauver la vie. Une sorte d’exploitation de l’effet Papillon à l’image de Last Day of June en quelques sortes. Armé de ces pouvoirs mystérieux, Sissel se lance dans une quête d’une nuit pour tenter de percer le mystère de sa propre mort et retrouver sa mémoire.

Ghost Saviour

Divisée en 24 chapitres correspondant à des tranches horaires, l’intrigue de Ghost Trick est rythmée par de nombreuses morts qu’il vous faudra corriger. Chaque mort à déjouer prend la forme d’une énigme que vous pourrez résoudre en manipulant des objets. Par exemple, quoi de mieux que de gratter les cordes d’une guitare pour distraire un assassin et donner l’occasion de fuir à sa victime ?

La condition fantomatique de Sissel n’est pas sans contrainte puisqu’il ne peut se déplacer que d’objets en objets : une part de la réflexion consiste donc à trouver un chemin à travers les décors pour espérer mettre en oeuvre votre stratégie de sauvetage. A noter qu’il n’existe qu’une seule solution pour chaque énigme : n’espérez donc pas exploiter une faille dans la physique de Ghost Trick pour élaborer une solution “out of the box“. L’idée sera plutôt de comprendre la logique des développeurs pour trouver là où ils veulent vous mener. Certains pourront en être frustrés à l’ère des mondes ouverts et des énigmes à solutions multiples mais force est de constater qu’on prend énormément de plaisir à comprendre l’ingéniosité de Ghost Trick. Sa construction d’une intelligence toujours aussi frappante treize ans plus tard met notre réflexion et notre créativité à l’épreuve, même en imposant une solution unique.

Si les premières morts sont volontairement simples pour vous mettre en jambes, la plupart d’entre elles sont bien plus corsées. En plus d’exiger un certain timing, les énigmes sont marquées par une certaine malice de la part des développeurs qui sèment fausses pistes et impasses pour mieux vous piéger : comprendre et retenir les codes de Ghost Trick est essentiel pour sauver la vie des différents protagonistes. Pas d’inquiétude cependant puisqu’il est possible de faire plusieurs tentatives tandis qu’un système de checkpoints est également prévu pour éviter de tout recommencer depuis le début (bien que certaines fausses pistes vous forceront parfois à tout reprendre de zéro).

Bouillon de fantôme pour l’âme

L’excellent gameplay de Ghost Trick est déjà une raison suffisante pour y jouer mais il est peu probable que le jeu aurait connu un tel succès sans son incroyable intrigue. Pleine de rebondissements très difficiles à prévoir, l’enquête de la mort de Sissel est passionnante et mélange avec brio suspense, humour et émotions. On reconnaît l’art du créateur des Ace Attorney avec cette galerie de personnages exceptionnels, chacun avec sa propre histoire et ses liens, parfois inattendus, avec la grande énigme au coeur du scénario. On alterne entre tension intense et humour débridé grâce à une traduction française de très bonne facture qui rend chaque personnage incroyablement attachant. Un résultat brillant également attribuable à la divine bande-son qui a bénéficié d’un petit coup de jeune tout à fait bienvenu.

Au-delà de la mort de Sissel, l’intrigue de Ghost Trick nous livre un véritable conte philosophique moderne en abordant des thèmes comme la fatalité, la quête de rédemption et l’importance de la vie. Des sujets qui peuvent paraître classiques à première vue mais qui bénéficient d’un traitement aussi original que décomplexé, si bien qu’on est d’autant plus sensible aux messages portés par Shu Takumi et ses personnages.

La HD lui va si bien

Un fait indéniable est que le passage à la HD fait beaucoup de bien à Ghost Trick. La HD rend les visuels lisses comme de la soie tandis que les animations trouvent une seconde jeunesse avec un framerate à 60 fps absolument extatique. On note néanmoins quelques petits défauts de traduction toujours présents depuis la version de 2010 avec quelques infimes fautes de français et des passages du “Tu” ou “Vous” intempestifs.

Les commandes sont également très bien adaptées à la Switch avec la possibilité d’y jouer aux boutons avec un mapping parfaitement pensé. Les plus nostalgiques pourront également utiliser l’écran tactile tout au long de l’aventure, comme à la bonne vieille époque sur DS. En bonus, cette version HD propose une galerie avec moult illustrations, musiques et mini-jeux à débloquer en avançant dans le scénario. De quoi ajouter un petit défi de complétion dans un jeu qui ne dispose que d’une très faible rejouabilité.

Que pensez-vous de cette information ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Ghost Trick, fantomatiquement vôtre
  • Un conte philosophique moderne - 90%
    90%
90%

Résumé

C’est avec une immense joie qu’on retrouve Ghost Trick sur Switch. Le titre culte de Capcom et Shu Takumi est magnifié sur les consoles actuelles et on vit sa passionnante intrigue avec un plaisir renouvelé. Si la version Switch est la plus complète avec ses contrôles tactiles, on ne peut que vous conseiller de vous jeter sur cet excellent jeu, peu importe votre plateforme de prédilection. Ghost Trick est une expérience intense et inoubliable qui laisse une marque indélébile. Gameplay ingénieux, narration au poil, musiques excellentes : foncez les yeux fermés !

Les +

  • Un gameplay ingénieux
  • Une narration bien ficelée et surprenante
  • Un passage à la HD très plaisant
  • Une réflexion corsée qui offre du défi
  • D’excellentes musiques entièrement réarrangées
  • Des petits bonus sympathiques

Les -

  • Quelques coquilles datant de 2010 ça et là
  • Très faible rejouabilité par nature
0%
Note des lecteurs :
0% (0 votes)


LatoJuana
729 articles

Gamer de 26 ans avec un penchant pour les jeux racontant de belles histoires. Je suis rédacteur sur le site depuis 2017. Zelda reste ma licence de cœur mais j'aime découvrir des jeux de toutes sortes !