Zombie Army Trilogy test Nintendo Switch
55%

Zombie Army Trilogy, abattez-les tous – TEST

En ces temps particuliers, j’imagine sans mal que la plupart des Nintendo Switch chauffent sous l’impulsion d’Animal Crossing: New Horizons. Quoi de mieux qu’un jeu apaisant, calme et mignon tout plein pour oublier les événements extérieurs ? Mais ne vous y méprenez-pas, je ne suis pas ici pour vanter les mérites d’Animal Crossing (LatoJuana le fait mieux que moi, la preuve), bien qu’ils soient nombreux. Non, si je m’adresse à vous, c’est pour évoquer un genre radicalement différent, en la personne de Zombie Army Trilogy. Edité par Rebellion, il s’agit du remaster de deux DLCs de Sniper Elite (ces derniers étant agrémentés d’une partie inédite), le tout disponible depuis le 31 mars sur Nintendo Switch (eShop et physique) et depuis 2015 sur les autres supports. Alors, que vaut ce jeu sur la console hybride ?

En raison du confinement et du jeu en ligne désert, il a été impossible d’essayer le multi en coopération. Ce test sera mis à jour dès lors que je pourrai gambader dehors librement et retrouver des cobayes (pardon, mes amis).

Un pur défouloir !

Zombie Army Trilogy est un jeu de tir à la 3ème personne, un genre plutôt absent sur Switch. Au sein de 15 missions au total, vous incarnez un courageux guerrier qui cherche à contrer une menace horrifique s’abattant sur Berlin (la ville, pas le personnage de La Casa de Papel) à la fin de la seconde guerre mondiale. Fou de rage après avoir découvert sa future défaite, Adolf Hitler ordonne la résurrection de son armée pour vaincre une fois pour toutes l’ennemi. La ville plonge dans le chaos et c’est vous, ainsi que 3 acolytes potentiels, qui allez tenter de ré-enterrer ces zombies. Vous l’aurez donc compris, si le jeu peut entièrement se faire en solo, il est possible de jouer à plusieurs en local ou même de chercher des joueurs en ligne (ce qui n’est pas chose aisée).

Je vais être clair dès le début, ne cherchez aucune subtilité dans Zombie Army Trilogy. Le but est simple : parcourir les rues de Berlin et tuer tous les soldats-zombies que vous voyez. L’histoire en elle-même n’est pas passionnante et ne vous sera d’aucune utilité pour comprendre que l’objectif, c’est de « défoncer du zombie ». Vous aurez divers moyens de neutraliser ces morts-vivants : le bon vieux coup de pied ou bien des moyens plus radicaux, tels que des armes à longue ou courte portées, des grenades, mines et autres. Tout est débloqué dès le début, vous n’aurez donc pas le plaisir de découvrir des nouveautés au fur et à mesure de votre périple. Vous pouvez bien entendu récupérer des munitions sur les corps que vous venez d’abattre mais attention, ils s’évaporent assez rapidement et les balles sont assez limitées en nombre (notamment pour les snipers). Rassurez-vous, il existe des chambres fortes, points de ravitaillement, pour faire le plein de munitions et récupérer d’autres armes. Elles sont le point de transition entre deux objectifs, une pause après une fusillade effrénée (pour en reprendre une autre presque aussitôt).

Des éléments sympathiques, mais répétitifs

Chaque session ressemble à la précédente, l’objectif ne changeant que rarement. Vous aurez droit de temps en temps à un but « original », tel que « allez chercher 5 bidons d’essence pour démarrer votre camion » (camion qu’on ne verra d’ailleurs jamais démarrer), ce qui révèle la relative pauvreté des missions proposées par Zombie Army Trilogy. Mais encore une fois, ce n’est pas l’attrait principal d’un titre tel que celui-ci. On prend tout de même beaucoup de plaisir à tirer des balles sur chaque zombie, aspect renforcé par une fonctionnalité que je trouve personnellement jouissive : le X-Ray Kill Cams. Cela vous permettra de voir la trajectoire de votre tir au ralenti, jusqu’à ce qu’il atteigne la cible (lointaine et en pleine tête) pour lui éclater le visage, détruire son crâne, traverser son corps pour atteindre un autre zombie derrière lui, pour 2 fois plus de plaisir… Bref, je m’emporte un peu mais c’est certainement un des points forts du jeu : il est particulièrement plaisant de constater que le tir a été parfaitement exécuté. Il est également possible de sentir le niveau du rythme cardiaque de votre soldat grâce aux vibrations HD lorsqu’il est en mode zoom au tir. Dans les modes de difficulté les plus élevés, les pulsations du cœur impactent directement votre tir en le rendant plus tremblant et par conséquent, moins précis.

Pour ce qui est des zombies en eux-mêmes, ils ne sont là encore pas d’une grande variété. Vous retrouverez souvent les mêmes zombies, déambulant lentement vers vous avec des objets tels qu’une poêle ou une batte et gesticulant de toutes leurs forces. Il existe néanmoins des ennemis plus coriaces, comme ceux qui ont une arme : ils sont particulièrement difficiles à tuer car il faut leur tirer plusieurs fois dans la tête pour qu’ils succombent enfin à leur triste sort. Zombie Army Trilogy propose ainsi un challenge plutôt relevé et saura parfois vous rager si vous ne résistez pas à une vague. Refaire la même chose n’est jamais très agréable dans un jeu vidéo, mais cela se révèle rapidement frustrant dans ce titre, tellement les vagues de zombies sont répétitives. Ajoutez à cela le fait que le contact avec des PNJs soit extrêmement limité, ce qui renforce l’impression qu’on est seul dans ce triste monde, mais aussi que les développeurs ont fait un minimum d’efforts au niveau de l’interaction. Et ne comptez pas sur votre soldat pour parler, pas un traître mot ne sort de sa bouche durant l’aventure, et ce même durant les cinématiques, hormis quelques grognements dus aux efforts. Est-ce un choix des développeurs ? On ne le saura probablement jamais, mais cela reste dommage.

Malgré ces éléments, il est important de préciser que seul, Zombie Army Trilogy est extrêmement répétitif : vous devez sans cesse faire la même chose, dans le même décor, avec les mêmes musiques, avec les mêmes objectifs. Oui, l’aspect bourrin du jeu est plaisant au début mais il se révèle vite lassant à force d’y jouer. C’est pourquoi il est fortement conseillé de jouer avec des amis ou même de trouver un autre joueur en ligne (que la chance soit avec vous). N’ayant pas pu tester le multi en local, je ne peux rien en dire mais pour ce genre de titre, ce mode est en général presque indispensable pour l’apprécier pleinement. L’expérience solo reste toutefois suffisante pour dire sans craindre d’avoir tort que le gameplay est répétitif, sentiment aggravé par le fait que tout nous est offert dès le début de l’aventure, sans possibilité de découvrir de nouvelles techniques.

Une ambiance perfectible

Ce qui frappe dès lors des premières minutes de jeu, c’est le décor très sombre et lugubre qu’offre Zombie Army Trilogy : c’est certes la moindre des choses pour un jeu d’horreur mais l’immersion est plus ou moins garantie. Pourquoi « plus ou moins » ? Tout simplement car l’ambiance sonore n’est pas réellement enthousiasmante : les gesticulations des zombies sont réalistes mais manquent de variété, tout comme l’ambiance sonore qui est plutôt répétitive et parfois inadaptée au contexte. Comme si ça ne suffisait pas, les décors sont relativement peu jolis et eux aussi très répétitifs. Même si on se trouve dans un Berlin dévasté, on aurait aimé davantage que de simples bâtiments en ruine et des chars ici et là. Il existe également un brouillard omniprésent qui rend la lisibilité du jeu parfois floue pour viser correctement les cibles lointaines (notamment les snipers en hauteur) mais contribue à rendre réaliste l’ensemble.

Pour ce qui est de la technique pure, la version Switch est entièrement fluide. Je ne saurais dire si elle tourne à 30 ou 60 FPS, mais c’est stable en permanence : je n’ai relevé aucune chute de framerate. En revanche, Zombie Army Trilogy est loin d’être un exemple de beauté, chose qui est loin d’être surprenante lorsqu’on sait que le jeu semblait déjà un peu vieillot sur les autres supports. Heureusement, les temps de chargement sont très courts et on plonge rapidement dans le vif du sujet. En mode TV, il existe un léger aliasing qui ne perturbe pas mais reste présent et certaines textures sont franchement ignobles. En mode portable, bonne nouvelle : ces défauts semblent moins présents, l’ensemble est plus agréable à regarder – et surtout plus immersif avec un casque audio. Pour ce qui est de la maniabilité, la manette Pro est largement conseillée vu la précision demandée pour tirer. Jouer avec les Joy-Con accrochés à la console reste possible mais attention aux crampes qui peuvent survenir (je parle en connaissance de cause…). Mais je vous rassure, vous êtes libres de vos choix !

  • Un défouloir répétitif - 55%
    55%
55%

Un défouloir répétitif

Malgré des éléments de gameplay sympathiques et un portage Switch plutôt à la hauteur, Zombie Army Trilogy finit par devenir très répétitif au bout de quelques heures de jeu. Le seul moyen de contourner le problème pourrait être de jouer en coopération avec un ami, mais là encore rien ne garantit que le plaisir soit présent. Ou bien, prenez-le pour ce qu’il est : un jeu de type défouloir, sans prise de tête et dans lequel vous foncez dans le tas.

Les +

  • Le côté défouloir
  • Le X-Ray Kill Cams
  • L’ambiance, plutôt réaliste…
  • Les temps de chargement rapides
  • La fluidité très plaisante

Les -

  • Un gameplay basique qui n’invente rien
  • Les armes n’ont pas de grande différence entre elles
  • … mais largement perfectible
  • Une répétitivité très marquée
  • Un gros manque de diversité
  • Optimisation visuelle pas aboutie
Sending
Note des lecteurs :
71.71% (17 votes)

Zombie Army Trilogy sur Nintendo Switch

  • La Zombie Army ...
  • Jouable en solo...
amazon
19.99
Comparer les prix
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites
Leotendo23

Contenu proposé par - Déjà 56 article(s) à son actif

Présentation : Etudiant de 18 ans, joueur Switch passionné de jeux vidéo depuis l'inoubliable Super Mario Galaxy. Toujours présent en ce qui concerne Mario, Zelda ou encore Splatoon.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments