disney illusion island
60%

Disney Illusion Island, le premier Mickeyvania – TEST

Ceux qui ont connu l’âge d’or des jeux Disney dans les années 90 ont forcément des souvenirs émus des quatre jeux estampillés “Illusion” (Castle of Illusion, World of Illusion, Land of Illusion et Legend of Illusion) développés et édités par SEGA. Alors, quand on voit un nouveau jeu tentant de surfer sur l’aura de ces prestigieux prédécesseurs, on ne peut qu’être intrigués, et appelés par la nostalgie à allumer notre console pour découvrir ces nouvelles aventures vidéoludiques de Mickey Mouse, accompagné cette fois-ci par Donald, Dingo et Minnie. Mais est-ce que Disney Illusion Island est à la hauteur de ses ancêtres spirituels ?

Note : ce test a été réalisé à partir d’un code du jeu fourni par Disney Games.

“Mon premier Metroidvania”

Notons en premier lieu que malgré cette filiation, Disney Illusion Island a choisi une proposition différente, sans doute pour se démarquer mais aussi être un peu plus dans l’air du temps : au revoir les multiples niveaux, ici vous n’en aurez qu’un seul à explorer. En effet, le titre de Dlala Studios (développeurs de remake de Battletoads) est un Metroidvania, ou plutôt un Metroid-like pour les plus pointilleux d’entre vous (car il n’y a ici aucun éléments de RPG typique de la série de Konami). Vous aurez donc plusieurs zones interconnectées qui deviendront accessibles en débloquant des pouvoirs et ramassant des clés. Et, s’il faut évidemment s’attendre à devoir faire quelques aller-retours, l’expérience demeure plus linéaire que la moyenne des jeux du genre et les passages débloqués s’afficheront même clairement sur la carte : pas besoin de sortir un stylo et un carnet !

Néanmoins, cet “Illusion” cuvée 2023 possède un point commun avec les autres : c’est avant tout un jeu de plates-formes, sans aucun combat à prévoir. S’il y a des ennemis (qui ne sont pas très variés, au demeurant), vous ne pourrez que les esquiver ou, dans le cas des boss, les blesser indirectement. Additionné à la possibilité de jouer en co-op et une difficulté très réglable, ce focus non-violent pourrait se révéler très intéressant pour un parent cherchant un jeu avec lequel introduire son minot au genre. La seule barrière à l’entrée sera la taille des personnages, ridiculement petits la majorité du temps, mais ceux-ci se révèlent si agréables à contrôler qu’on pardonne vite cet écart : malgré un aspect un peu lourd de prime abord, nos quatre compagnons sont très précis et vous ne pourrez donc pas blâmer le titre quand vous mourrez. Un point essentiel, mais trop souvent oublié, pour un jeu de plates-formes.

Le bon élève qui récite sa leçon

Là où Disney Illusion Island pêche un peu plus, c’est sur son level design pas mauvais mais très scolaire. On comprend immédiatement tous les tenants et aboutissants de chaque lieu, les passages secrets sont très faciles à trouver, et malheureusement l’aventure ne proposera jamais de moment vraiment marquant (comme par exemple la fuite de l’arbre Ginso dans Ori and the Blind Forest, pour le comparer à un autre Metroidvania basé sur les plates-formes). On aurait aimé un peu plus de folie, de difficulté aussi, mais on devine que l’accessibilité était un point important dans le cahier des charges de Disney. Le debut du jeu est aussi un peu ennuyeux : on sent qu’il était important de laisser le public rentrer dans le bain petit à petit, sans y plonger directement, et il faut attendre l’obtention des premiers pouvoirs pour vraiment pouvoir enchaîner les actions de manière fluide et exploiter le vrai potentiel ludique du titre.

En parlant des pouvoirs, on pourra aussi regretter le fait que ceux-ci soient similaires – bien que dotés d’une présentation visuelle différente – chez les quatre personnages, qui se contrôlent aussi de la même façon. Étant donné la possibilité de jouer en co-op, on aurait aimé pouvoir changer de personnage à la volée en solo pour, par exemple, résoudre des énigmes environnementales. En plus d’apporter de la variété, cela aurait aussi permis d’allonger un peu la durée de cette courte aventure, qui se finit à 100% en sept heures environ. Une complétion aussi parfaite qu’inutile, étant donné que les différents objets à collectionner sur la carte n’offrent que des récompenses honorifiques, comme des petits dessins inspirés des anciens courts-métrages de la souris. Ceci dit, la recherche des Mickey cachés dans le décor, tradition que connaissent bien les fans des parcs d’attractions de la firme, est un petit clin d’œil assez sympathique.

Visuellement et musicalement, une bonne surprise

Si j’étais de prime abord plutôt sceptique sur la direction artistique choisie, qui semblait une mauvaise copie du look des – excellents, formidables, géniaux – courts-métrages Mickey débutés en 2013, celle-ci m’a plutôt convaincu une fois manette en main, arrivant à proposer quelque chose d’assez unique pour se démarquer. Très expressifs, les différents personnages sont tous attachants, et les quelques séquences cinématiques (doublées en français avec les voix originales du dessin animé) m’ont souvent fait éclater de rire grâce à un humour qui fait mouche. Les décors, en revanche, si peu détaillés qu’ils sont à la limite de l’abstrait, auraient cependant pu bénéficier du même soin que le reste, mais ce côté épuré permet au moins d’avoir de la lisibilité, plutôt que de passer le jeu à se demander “c’est une plate-forme ou juste du décor ?“, comme cela arrivait dans les anciens “Illusion”.

Une mention spéciale, enfin, pour la bande-son composée par David Housden qui propose de très beaux thèmes orchestraux collant parfaitement au jeu : on notera par exemple Future Town, qui semble tout droit tiré de la boucle musicale de Main Street, USA, tandis que d’autres thèmes, comme Crater’s Bay, rappellent le travail de Yoko Shimomura sur la série des Kingdom Hearts. On aurait bien sûr apprécié encore plus de morceaux, mais l’aventure est assez courte pour que le tout ne semble pas répétitif. Si Disney Illusion Island est loin d’être parfait, on ne pourra en aucun cas lui retirer son envie de bien faire, qui transparaît dans chacun de ses aspects.

Marchand
Promo
Prix
Lien
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites
Que pensez-vous de cette information ?
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0
Disney Illusion Island, le premier Mickeyvania
  • Sympa et sans prétention - 60%
    60%
60%

Sympa et sans prétention

Disney Illusion Island, sans grand génie, nous offre une copie très propre : si l’on sent vraiment l’amour des Metroidvania et l’envie de respecter le genre, le design scolaire et la facilité de l’ensemble font qu’il ne devrait pas vraiment marquer les esprits. Mais si vous cherchez un jeu familial pour introduire vos enfants au genre ou un petit titre estival sympa sans prise de tête, vous ne regretterez pas votre achat, d’autant plus que l’aventure est assez courte pour ne pas nous lasser.

Les +

  • Personnages qui se contrôlent très bien
  • Très bonne bande-son
  • Humour qui fonctionne
  • Style visuel assez réussi
  • Peut être joué par toute la famille
  • Pas trop d’aller-retours inutiles
  • Lisible

Les -

  • Objets à collectionner qui ne servent à rien
  • Personnages qui se jouent tous de la même façon
  • Décors peu détaillés
  • Aucun moment fort
0%
Note des lecteurs :
0% (0 votes)
giomosby
1459 articles

Fan de consoles Nintendo et de jeux japonais depuis que je suis en âge de tenir une manette. Si je ne suis pas dispo, c'est probablement que je visite un parc Disney.

tipee

Publicité

(pour financer le site)