TEST – Little Nightmares

Le noir, le silence, les monstres sous notre lit… Nos peurs d’enfance sont nombreuses, changeantes et nous poursuivent parfois jusque dans notre vie d’adulte. C’est de cet oppressant constat qu’est parti Tarsier Studio pour nous apporter le ténébreux Little Nightmares. Edité par Bandai-Namco, le titre a profité de l’arrivée de la Nintendo Switch pour ajouter une nouvelle plateforme  à sa liste dans une Complete Edition qui ravira les amateurs d’expériences horrifiques. Prêts pour une virée dans vos pires cauchemars ?

Hell-O there…

Dans Little Nightmares, vous incarnez Six, une frêle petite fille piégée au fond de la cale d’un immense navire. Comme si cela n’était pas déjà suffisamment alarmant, le bateau est peuplé de monstres mangeurs d’hommes qui n’attendent que d’attraper notre petit personnage pour le déguster au dîner. Votre objectif est donc bien évidemment de fuir le navire en un seul morceau. Mais les choses ne sont pas si simples, car les monstres sont, pour certains d’entre eux, redoutablement rusés et les obstacles sur votre chemin seront nombreux.

D’emblée, Little Nightmares frappe par sa direction artistique tout à fait unique. À la croisée des chemins entre  les oeuvres de Tim Burton et Hayao Miyazaki, le titre de Tarsier Studios parvient à créer une ambiance visuelle et sonore en jouant notamment sur des sons simples mais diablement efficaces. La bande-sonore est ainsi discrète mais se suffit parfaitement à elle-même : qui n’a jamais redouté d’entendre le parquet grincer dans le silence le plus complet ? Little Nightmares n’a pas pas de musiques à proprement parler, mais use de bruitages, en apparence simple, avec une maîtrise sans égale qui sera vous faire frissonner à tout instant. Notons les bruits de respiration des monstres qui sauront accélérer votre rythme cardiaque sans grande difficulté.

De part sa petite taille, Six peut aisément se glisser sous les meubles et ainsi échapper à ses poursuivants. On ressent une véritable oppression quand un monstre nous cherche et ceci est amplifié par une utilisation très pertinente des Vibrations HD. Tarsier Studios a en effet eu l’idée extrêmement réussie d’utiliser cette fonctionnalité pour imiter des battements de coeur. Ainsi, vous sentirez vos manettes littéralement palpiter entre vos mains dans de nombreuses situations, renforçant l’immersion dans cette atmosphère véritablement maléfique créée par Little Nightmares. Car si les jeux d’ombres et de lumière sont également la grande force du titre, le design et la gestuelle des monstres est tel qu’une véritable sensation de malaise s’empare du joueur quand il se retrouve face à eux. On se souviendra notamment de l’accueil que vous réserve la première de ces répugnantes créatures avec ses longs bras et sa respiration haletante.

Peur noire

Le succès de votre fuite dépendra notamment de la résolution de nombreuses énigmes posées par toutes les pièces du navire. La petite taille de Six ne lui facilite pas la tâche et il faudra faire preuve d’ingéniosité pour progresser à travers le bâtiment. Ainsi il ne sera pas rare d’escalader des bibliothèques, de tirer des chaises ou de lancer des objets pour activer des mécanismes et ouvrir des portes pour ainsi passer dans la pièce suivante. Prenez garde cependant : Six a beau être agile, elle n’en est pas moins une petite fille apeurée et n’importe quelle chute peut lui être fatale. La progression s’accompagne d’une précision de plus en plus terrifiante de la situation dans laquelle se trouve Six renouvelant régulièrement l’envie du joueur d’échapper à cet enfer. La petite fille ne dispose d’aucun pouvoir particulier et en est d’autant plus vulnérable face aux créatures abjectes qui peuplent le bateau. Seule petit aide : un briquet qui vous apportera un peu de lumière dans cette ténébreuse atmosphère. Le jeu propose ainsi une véritable dimension d’exploration et de réflexion qui rend le tout très plaisant à jouer.

Little Nightmares alterne avec brio les phases d’exploration, de réflexion et d’infiltration qui bien vite se transforment en phase de fuite quand un des occupants du navire vous repère. On entrevoit clairement la source d’inspiration  de Tarsier Studios lors d’une scène mémorable qui ravira les amateurs du Voyage de Chihiro où des dizaines de monstres obèses et affamés se jetteront à votre poursuite, rampant à terre, renversant tout sur son passage. Tout le jeu vous impose la faiblesse physique de Six qui se voit aussi bien dans sa fragilité que dans sa gestuelle lorsque vous la faites se déplacer. Hasardeux et précautionneux, chaque pas de votre personnage peut être lourd de conséquences : une simple lame de parquet qui grince peut signer la fin de votre aventure.

Lights Out

Malgré le sombre plaisir que l’on tire de cette aventure, on ne peut que regretter la durée de vie extrêmement faible du titre qui ne comporte que cinq niveaux principaux. Heureusement, Little Nightmares ne vient pas les mains vides sur Nintendo Switch : cette édition est en effet agrémenté d’une série de DLC qui vous met dans la peau d’un autre enfant, surnommé le Fugueur, en quête de liberté. Les niveaux proposés mettent d’avantage l’accent sur la réflexion et proposent une expérience tout aussi jouissive dans une atmosphère encore plus intense. On y découvre avec plaisir une nouvelle facette du scénario du jeu, amenant à son apogée l’horrifique contexte dans lequel il prend place.

À l’écran, Little Nightmares n’a pas à rougir de son aspect. Malgré une technique bloquée à 720p/30fps aussi bien en TV qu’en Nomade, le jeu de Tarsier Studio offre un visuel très agréable à l’oeil. En revanche, on peut faire quelques reproches à la gestion de la caméra quelque peu farfelue qui occasionnera parfois des erreurs totalement indépendantes de notre volonté. Certains plans fixent vous obligent à déplacer votre personnage avec la plus extrême précaution sans quoi la perspective parfois un peu hasardeuse aura raison de votre personnage et le fera tomber dans les profondeurs du navire, vous renvoyant ainsi au dernier point de contrôle. À ce propos, Little Nightmares souffre hélas de temps de chargements parfois bien longs qui sont particulièrement intempestifs dans un jeu où l’on meurt souvent et ce, d’autant plus quand on sait que le format cartouche adopté par la Nintendo Switch est censé atténuer ce problème.

Avis final
  • 85%
    Diaboliquement efficace - 85%
85%

Résumé

Ténébreux, intense, oppressant… Beaucoup de qualificatifs peuvent décrire l’exceptionnelle ambiance du bijou de Tarsier Studios. Par cette sombre alliance entre une bande-son maîtrisée et une direction artistique unique, Little Nightmares est une véritable ode aux peurs les plus obscures de notre enfance. On se souviendra certainement pendant de nombreuses années de cette plongée en enfer si plaisante à expérimenter. Malgré quelques soucis techniques, l’atmosphère si réussie de Little Nightmares nous enferme littéralement dans un carcan de ténèbres dont on sortira avec soulagement mais également avec émerveillement face à un tel savoir-faire.

A propos de l'auteur :

LatoJuana

Jeune aficionado de Nintendo de 20 ans. Fan de Miyazaki et de Disney. Etudiant en Biologie et cataclysme en Travaux Pratiques.Devil Ex Machina.

a écrit 151 articles sur Switch-Actu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.