super mario 3d all stars switch test
65%

Super Mario 3D All-Stars : un hommage réussi ? – TEST

Trente-cinq ans ! Tel est le temps écoulé depuis que Super Mario a débarqué dans la vie des joueurs et entamé une formidable carrière dans le monde des jeux vidéo. Trente-cinq ans que ce plombier moustachu et ventripotent assume brillamment le rôle de symbole de Nintendo, et même de l’industrie dans sa globalité. Trente-cinq ans que ses aventures apportent innovation et ingéniosité au secteur, joie et sourire aux joueurs du monde entier. Pour marquer un tel anniversaire, Nintendo a décidé de jouer sur la nostalgie en publiant une compilation baptisée Super Mario 3D All-Stars. Reprenant l’idée de la collection sortie en 1993, ce sont trois jeux de légende qui nous sont proposés sur une seule et même cartouche : Super Mario 64, Super Mario Sunshine et Super Mario Galaxy dans leur écrin d’origine ou presque. Longtemps au centre de bruits de couloir de plus en plus insistant, Super Mario 3D All-Stars est enfin entre nos mains : l’hommage rendu est-il réussi ?

It’s a me, Mario !

Quelque part, cette compilation a des airs de livre d’Histoire puisqu’elle nous montre à elle-seule l’évolution des jeux Mario 3D depuis son tout premier représentant ! De 1997 à 2007, on peut observer d’un seul coup d’œil le chemin parcouru par Nintendo à travers Super Mario 64 (1997), Super Mario Sunshine (2002) et Super Mario Galaxy (2007) et notamment les changements graphiques qui ont été opérés en suivant les progrès techniques. Il est ainsi plutôt grisant de constater l’amélioration des textures et des modèles 3D à travers ces trois titres et de voir comment chacun est parvenu à tirer son épingle du jeu face à la concurrence, à une époque où la course à l’hyper réalisme était déjà lancée. D’un point de vue fonctionnel, force est de constater que Super Mario 3D All-Stars fait fort : un menu simple et efficace vous donne accès aux trois jeux tandis qu’il est possible de stopper l’un d’eux à tout moment pour passer à un autre. Une simple pression sur le bouton “-” et vous voici prêt à passer de 64 à Galaxy, histoire de se repasser plus de 10 ans de développement en accéléré !

Lors de l’annonce de la compilation, de nombreux joueurs ont grincé des dents en constatant l’absence de refonte graphique profonde pour ces trois jeux d’anthologie et on peut le comprendre sur certains points. Au-delà d’un lissage HD plutôt bienvenu, Super Mario 64 débarque avec ses modèles polygonaux d’origine et ses textures… vintage, contrastant terriblement avec Super Mario Odyssey sorti il y a 3 ans, mais qui peuvent au moins revendiquer leur authenticité. Super Mario Sunshine s’en sort un peu mieux forcément, sa direction artistique et son ambiance estivale faisant oublier les années, tandis que Galaxy met la Full HD à profit pour magnifier ses paysages spatiaux et revenir plus beau que jamais. Chacun des trois jeux revient dans son apparence d’origine, le flou en moins, pour ce qui se veut être l’exact reflet de l’expérience d’autrefois : les nostalgiques seront donc comblés. Mais était-ce vraiment ce qu’on espérait pour marquer les 35 ans de la mascotte de Nintendo ?

Un gameplay encore savoureux malgré le temps

Comme dit plus haut, le travail réalisé sur cette compilation consiste essentiellement en un léger lissage HD qui apporte certes une netteté bien appréciable mais m’a laissé quelque peu sur ma faim. L’ennui ici c’est qu’on ne pouvait en espérer davantage, à moins de faire un remake complet des trois titres, à l’image de ce à quoi nous avons eu le droit dans Spyro: Reignited Trilogy par exemple. Un travail énorme bien évidemment mais trois décennies et demie d’existence ne méritaient-elles pas au moins cela ?

Heureusement, nous sommes en présence de trois titres au gameplay si bon qu’il parvient à traverser les âges sans une ride, ou presque. Encore aujourd’hui, Super Mario 64 parvient à montrer comment et pourquoi il a révolutionné le jeu vidéo lors de sa sortie et ce, malgré quelques gênes encore présentes au niveau de la caméra ou de sa manie de glisser légèrement après chaque saut. Super Mario Sunshine, considéré très injustement comme le moins marquant du trio, brille lui aussi par son gameplay nerveux et réactif qui faisait tout le sel de cette aventure insulaire où chaque déplacement pouvait signer notre perte, particulièrement dans les niveaux de plateforme pure. D’abord inquiet à l’idée que nous allions devoir gérer J.E.T sans les gâchettes analogiques de la GameCube, j’ai été agréablement surpris par l’efficacité des boutons R et ZR pour ce mouvement précis. Enfin, Super Mario Galaxy est toujours aussi plaisant avec ses mouvements aériens et son utilisation ingénieuse de la gravité. Il est d’ailleurs le seul à exploiter la fonction gyroscope de la Switch, obligatoire au passage, pour récolter les fragments d’étoiles et naviguer dans les menus. En mode portable, le gyroscope est exploité pour certains niveaux, mais l’essentiel passe par l’écran tactile de la console.

Côté bande-son, on retrouve avec un immense plaisir les différentes compositions de Koji Kondo, toujours aussi mémorables des années plus tard. Nous pouvons d’ailleurs en profiter plus que jamais : si les jeux de Super Mario 3D All-Stars témoignent d’une certaine fainéantise d’un point de vue technique pour cette édition Switch, on peut au moins mentionner la fonction Juke-Box qui a été implémentée pour l’occasion. Comme dans Super Smash Bros. Ultimate, il est possible d’écouter l’intégralité de la bande-son des trois titres et ce, même alors que la console est en veille. De quoi vous mettre un fond sonore des plus sympathiques le moment voulu !

Un paradoxal sentiment d’inachevé

En soi, jouer à ces trois titres de légende en mode nomade est une idée aussi plaisante que séduisante mais la promesse est détruite dès lors que survient le Joy-Con Drift. Ma console en étant affligée, il m’est littéralement impossible de jouer à Sunshine avec la caméra s’autorisant des pirouettes au pire moment possible. Hormis cela, il faut prendre conscience du privilège qui nous est accordé de jouer à ces trois jeux, chacun sorti sur une console différente, cette fois sur une seule et même plateforme !

Que dire de plus ? Super Mario 64, Sunshine et Galaxy étant mondialement connus, je ne vous ferai pas l’insulte de vous présenter chacun d’eux sous toutes leurs coutures. Le génie de Nintendo et de ses créateurs est assurément pleinement reflété dans ces aventures exceptionnelles ayant marqué l’industrie en leur temps. Mais encore une fois, est-ce suffisant de se contenter de les compiler en une cartouche, d’appliquer la HD et de publier le tout pour une cinquantaine d’euros, qui plus est pour une durée limitée ?

Quitte à ne pas retravailler les jeux en profondeur, j’aurais apprécié que Nintendo ajoute quelques petites choses pour marquer ces 35 ans d’existence. Sans parler de niveaux supplémentaires, une galerie de concept-arts et de modèles 3D avec quelques anecdotes aurait pu être un ajout plaisant et loin d’être trop ambitieux ! En résumé, je suis ravi de ce Super Mario 3D All-Stars et de la possibilité qu’il offre de jouer à ces trois merveilles du jeu vidéo, mais je reste convaincu qu’un tel symbole de l’industrie méritait infiniment plus de travail de la part de ses créateurs.


  • Un hommage léger - 65%
    65%
65%

Résumé

Pouvoir jouer à 64, Sunshine et Galaxy sur un seul et même support et les emmener partout avec soi est un privilège et un plaisir évident. On peut désormais retrouver ces aventures légendaires et leur gameplay d’orfèvre aisément et ainsi s’ouvrir à toute une légende des jeux Nintendo. Malheureusement, on reste quand même sur notre faim. Ce constat est en grande partie du à un clair manque de travail, ce qui est d’autant plus choquant quand on sait que l’on parle de la mascotte de la firme et d’un symbole de l’industrie toute entière ! En misant tout sur la seule nostalgie, cette compilation laisse hélas une amère déception quand on pense à ce qui aurait pu être fait.

Les +

  • Trois jeux légendaires en une cartouche !
  • Simple et ergonomique
  • Un lissage HD qui fait du bien
  • Un gameplay bien adapté pour chaque jeu
  • La fonction Juke-Box

Les -

  • Aucune amélioration profonde
  • Difficilement jouable avec un Joy-Con Drift
  • La disponibilité limitée
  • Plutôt cher en dématérialisé
Sending
Note des lecteurs :
70.43% (143 votes)
LatoJuana

Contenu proposé par - Déjà 532 article(s) à son actif

Présentation : Otaku gamer avec un tropisme particulier pour Nintendo, les séries TV et les Boy’s Love romantiques.

guest
1 Commentaire
plus de votes
plus récents plus anciens
Inline Feedbacks
View all comments
Hadesianne

Pour ma part je trouve la jouabilité déplorable. Et malheureusement les bugs émouvantables de caméra de l’époque sont restés…. Sunshine qui était mon préféré m’exaspère très vite …. Et les textures de la neige du 64 …… Bref je l’ai pris par nostalgie ayant toujours les versions d’origine, cela reste amusant mais frustrant niveau maniabilité. Cela dit ce que j’adore avec ces jeux c’est que bien que n’y ayant pas joué depuis des années je retrouve les mouvements manipulations etc de réflexe facilement contrairement à zelda botw que j’ai arrêté il y a 2 ans et pour lequel je n’arrive… Lire plus »