voice of cards the isle dragon roars yoko taro switch
85%

Voice of Cards : The Isle Dragon Roars, un RPG classique à l’habillage atypique – TEST

Lors du Nintendo Direct du mois de septembre, Square Enix a dévoilé un jeu avec une proposition pour le moins atypique : Voice of Cards : The Isle Dragon Roars. Le point le plus surprenant reste évidemment la direction artistique du titre, puisque l’ensemble des éléments de Voice of Cards prendront la forme de cartes, comme le nom du jeu l’indique. Autre information surprenante, le directeur créatif du dernier-né des écuries Square Enix n’est autre que Yoko Taro, que l’on connait principalement pour son travail sur la série NieR (Automata, Replicant…). Voyons donc ce que Voice of Cards : The Isle Dragon Roars propose et si l’expérience est à la hauteur de l’intérêt suscité par la direction artistique. Pour rappel, le titre est disponible depuis le 28 octobre sur Nintendo Switch, uniquement en dématérialisé.





Un monde à la carte pour Voice of Cards

Si la présence de Yoko Taro rime souvent avec une expérience narrative travaillée, ce n’est pas la dimension la plus marquante au premier abord dans Voice of Cards : The Isle Dragon Roars (bien que nous aborderons ce point par la suite). La direction artistique du titre est la responsable de la véritable originalité du titre puisque ce dernier nous présente un monde où l’ensemble des éléments est constitué de cartes. Cela passe par les artworks des personnages jusqu’aux bâtiments des villes, en passant par les paysages et lieux en tout genre traversés lors de l’aventure. Chaque fragment du jeu suit cette règle et offre un tout extrêmement cohérent, plaisant à parcourir tant la proposition est bien réalisée.

En parlant des personnages, leur design est tout simplement somptueux, que ce soit pour votre équipe principale, les antagonistes de l’histoire ou bien les différents ennemis à affronter, Voice of Cards rend une copie particulièrement juste sur tout ce qui touche à l’esthétique de son titre. Autre point véritablement réussi : la musique de Keiichi Okabe, également à l’œuvre sur les Nier. Quel plaisir d’entendre les sons rythmant l’aventure dans ce monde de cartes ou encore les musiques des combats. L’une des grandes réussites associée à ce point concerne les musiques jouées lors des résumés de fin de chapitre !

Pour en finir avec l’habillage du titre, notons que lors des phases d’exploration, le joueur contrôlera un pion qu’il devra bouger de case en case afin de se déplacer. Au fil de l’avancement, les cartes, d’abord face retournée, se dévoileront pour laisser apparaître la topographie des lieux. Il sera également possible de tomber sur des cartes “coffres” ou encore sur des évènements venant pimenter un peu la partie. Nous détaillerons ce point plus en détail dans la partie consacrée aux affrontements du jeu, mais ces évènements se basent régulièrement sur des jets de dés pour en déterminer l’issue, renforçant toujours plus l’univers de Voice of Cards : The Isle Dragon Roars. Sans détailler les mécaniques qui y sont liées, les combats prennent place dans une arène à l’allure d’un plateau de jeu de rôle, dans lequel on retrouve toujours cet univers de carte, dés…

La carte de la sécurité pour le gameplay

La partie consacrée à la direction artistique étant largement évoquée, voyons maintenant plus en détail les mécaniques propres à Voice of Cards. Le système de combat tout d’abord : ce dernier ne réinvente pas une formule qui marche et reste sur des affrontements au tour par tour relativement classique. Il s’agira de composer une équipe de trois combattants parmi les personnages rencontrés au cours de l’aventure, pour lesquels il sera question de choisir différentes techniques apprises au fil des montées de niveau. On regrettera cependant que chaque personnage utilise des capacités de tout type (buff, attaque, heal…) n’amenant pas à une vraie construction d’équipe avec une classe de personnages bien définie. Le jeu s’avère plutôt simple d’ailleurs, il n’est clairement pas question de passer du temps à farmer ou buter inlassablement sur un combat, le tout s’enchaîne très (trop ?) facilement.

Chaque sort des personnages est soumis à l’utilisation d’une quantité définie de gemmes qui sont obtenues au début du tour de chaque combattant. Il s’agit là de la seule partie vraiment stratégique quant à l’utilisation de ces joyaux au bon moment : faire un maximum de dégâts ou protéger son équipe ? Garder des ressources ou soigner ses compagnons ? Voilà les questions qu’il faudra se poser lors des quelques affrontements un peu plus longs que propose le jeu. Par ailleurs, les effets secondaires des sorts utilisés seront soumis une nouvelle fois à un jet de dés pour en décider l’issue. Notons que dans l’ensemble, les animations de Voice of Cards sont relativement longues : sélectionner sa carte (son attaque), la voir s’avancer vers le milieu du terrain, attendre le lancer de dés, observer l’animation de l’attaque… Cela allonge considérablement la durée des combats, et ce, sans grand intérêt.

Concernant l’exploration, comme précisé précédemment, le déplacement se fait par le biais du déplacement d’un pion de jeu. Il tient bon de préciser qu’en dehors des villes, chaque case parcourue est le risque de tomber sur un combat aléatoire et cela va arriver bien plus souvent qu’il n’y parait. En moyenne, un combat surgit toutes les trois cases traversées, ralentissant considérablement l’exploration des zones de Voice of Cards. Afin de pallier un peu à cette perte de temps, il est possible d’effectuer des grands sauts sur les cartes déjà découvertes. Par ailleurs, parler avec les PNJ dans les villages peut mener à l’accomplissement de quelques quêtes simplistes, offrant de l’équipement en tout genre. Il sera également possible d’améliorer son équipe en achetant différents items dans les boutiques du jeu (armurerie, magasin de potions…).

Du côté de son histoire, Voice of Cards : The Isle Dragon Roars propose dans un premier temps une aventure relativement classique de chasse d’un méchant dragon, avant que tout ne se complique et embarque les héros dans une aventure relativement courte (environ 10-12h) dans laquelle quelques rebondissements vont survenir. Par ailleurs, l’ensemble de l’histoire est raconté par un narrateur qui lira les cartes de l’intrigue principale. Le ton du jeu se veut oscillant entre des moments drôles et tragiques qui fonctionnent plutôt bien dans l’ensemble. L’ensemble des galeries du titre sont également très plaisantes avec des petites cartes d’informations sur les monstres, sur les personnages ou encore la possibilité de revoir les résumés de fin de chapitre avec cette si belle musique. Un dernier point, mais pas des moindres, l’ensemble de l’aventure de Voice of Cards : The Isle Dragon Roars peut se jouer avec le tactile de la Nintendo Switch, et cela fonctionne très bien : déplacer son pion, sélectionner ses attaques… Tout cela se fait plus facilement qu’avec une manette classique, un très bon point pour le RPG de Yoko Taro.

Voice of Cards : The Isle Dragon Roars : Un RPG classique à l'habillage atypique
  • Voice of Cards : The Isle Dragon Roars : Un RPG classique à l'habillage atypique - 85%
    85%
85%

Voice of Cards : The Isle Dragon Roars : Un RPG classique à l'habillage atypique

Voice of Cards : The Isle Dragon Roars n’a pas la prétention de réinventer un système de jeux ayant déjà fait ses preuves par le passé. Le titre vient plutôt nous offrir une aventure relativement courte avec une histoire intéressante à suivre enrobé dans un système de jeu simple et efficace. Le tout est sublimé par une direction artistique audacieuse et une musique de toute beauté. On regrettera les quelques longueurs apportées par les nombreux combats aléatoires ainsi que les longues animations lors des affrontements. Voice of Cards : The Isle Dragon Roars a tout de la petite aventure de chevet pour cette fin d’année 2021 sur Nintendo Switch.

Les +

  • Un univers atypique et réussi
  • Un chara-design sans faute
  • La musique aux petits oignons
  • Des affrontements simples et efficaces
  • Entièrement jouable au tactile
  • Une histoire courte mais riche

Les -

  • Trop de combats aléatoires
  • Des lenteurs dans les animations des affrontements
  • Manque de personnalisation des rôles de l’équipe
Sending
Note des lecteurs :
94.8% (10 votes)
+1
2
+1
0
+1
1
+1
0
+1
0
+1
1
Dams

Contenu proposé par - Déjà 391 article(s) à son actif

Présentation : Etudiant en Biologie, Joueur avec une préférence pour Nintendo et plus particulièrement pour la licence Pokémon

guest
1 Commentaire
plus de votes
plus récents plus anciens
Inline Feedbacks
View all comments
PhilCash

Ce jeu est tout simplement sublime, une très très bonne surprise de cette fin d’année !!!;-)