among us nintendo switch
73%

Among Us – Quand le Loup-Garou rencontre The Thing – TEST

Lauréat du meilleur jeu mobile ainsi que du meilleur jeu multijoueur lors de la grande cérémonie des Game Awards, difficile d’être passé entre les mailles du filet et de ne pas connaître Among Us en 2020, tant le jeu, pourtant sorti en 2018 sur PC et mobile, fait un carton depuis plusieurs mois. Dans les tops sur Twitch, pullulant sur YouTube, il fallait bien que ce petit jeu indépendant d’InnertSloth débarque un jour sur la Nintendo Switch. C’est chose faite depuis le 15 décembre et son annonce lors du Indie World ! Alors ? Prêt à démasquer les imposteurs ?

Avant de débuter ce test, j’aimerais vous souhaiter une excellente année 2021, qu’elle soit meilleure que celle qui vient de s’écouler et merci d’être toujours plus nombreux à nous lire sur Switch-Actu !





Un concept simple comme bonjour

Si vous avez déjà fait de nombreuses parties endiablées du loup-garou de Thiercelieux vous serez très très vite au diapason avec Among Us et son concept : vous incarnez un crewmate parmi 10 maximum, chargé de remplir des tâches sur une carte afin de terminer la partie. Mais entre ces derniers se cachent un ou plusieurs imposteurs, qui devront faire en sorte que vous ne terminiez jamais vos missions en vous découpant sans vergogne. Vous allez alors devoir, en plus de tenter de finaliser vos taches, rester attentif à chacun de vos coéquipiers afin de débusquer ceux qui cachent leur véritable identité et d’enclencher une réunion d’urgence à chaque cadavre trouvé.

Et voilà c’est tout ! Pas d’autres modes de jeux où quoi que ce soit pour Among Us, simplement celui-ci avec quelques variables : vous allez pouvoir en amont décider du nombre de missions qu’il y aura à faire, des champs de visions des personnages, des temps d’attente dont disposent les imposteurs entre leurs kills, et d’autres modifications pouvant affecter légèrement le déroulement d’une partie. On pourrait rigoler en voyant toutes ces alternatives tant elles semblent faibles face à énormément d’autres jeux multijoueurs, et on aurait bien raison, mais la force d’Among Us ne réside pas dans la quantité d’options qu’il propose, mais dans son accessibilité. Tout le monde peut jouer au jeu d’InnerSloth tant le principe est évident et son gameplay est simple. Je m’en suis personnellement rendu compte lorsque l’une de mes amies, qui n’est absolument pas joueuse, nous a plus d’une fois fait perdre des parties en nous retournant le cerveau et en faisant preuve d’une discrétion digne d’un Sam Fisher. Tout est fait pour être très facilement appréhendé : que ce soit les tâches qui ne sont jamais complexes, rapides et plutôt diversifiées, jusqu’aux différents sabotages que peuvent effectuer les imposteurs.

Trois zones de jeu s’offrent à nous avant de lancer une partie (une 4e étant en cours de développement et doit arriver en janvier 2021) : The Skeld, Polus et Mira HQ. Chacune propose des taches propres à elles-mêmes avec un level-design différent. The Skeld est plutôt petite et il va falloir vraiment jouer la carte de la discrétion en tant qu’imposteur, là ou Polus est plus vaste et où il est plus évident de se fondre dans la masse. Chacune des maps vous poussera à adopter un comportement différent si vous souhaitez débusquer vos amis devenus ennemis, ou justement trahir les vôtres. Il est cependant compliqué d’être imposteur sur une map sur laquelle on n’a jamais mis les pieds étant donné qu’on ne maîtrise pas toutes les subtilités de cette dernière pour jouer tranquillement, mais lorsque l’on joue entre amis, chaque erreur grossière est synonyme de rire. 

Passage à la manette efficace 

Si vous avez déjà testé Among Us auparavant sur PC ou mobile, il faut avouer que le gameplay était comme prédestiné pour être joué au tactile ou à la souris. Alors est-ce que le studio américain s’est bien débrouillé pour le rendre jouable à la manette ? Oui et plutôt bien même ! Déjà, forcément, les déplacements sont largement plus agréables au joystick (on prend moins de murs que sur mobile) et chaque tache a été pensée pour être facilement réalisable, avec un petit tuto sur les touches qui seront mises à profit. Il faut l’avouer par contre, certaines taches sont plus longues à réaliser par le biais de la manette (je pense notamment à cette infâme tache de la carte !) mais d’autres plus évidentes que sur le tactile d’un mobile (le labyrinthe de Polus).

Et la bonne surprise, que je n’avais de mémoire presque jamais vu mis à profit sur Nintendo Switch, c’est la possibilité de jouer avec l’écran tactile. Un apport plus que gadget tant les tâches sont bien plus rapides à faire, car je précise que si vous mettez un peu trop de temps à faire une tâche habituellement rapide, vous serez peut-être la cible des accusations de vos camarades. Mais là où le bât blesse plutôt fort, c’est lorsque l’on va devoir discuter dans le chat : que ce soit à la manette ou au tactile, il n’est vraiment pas aisé de pourparler tant il est difficile d’écrire dans la précipitation sur la console. Gros point noir sachant que lorsque l’on joue sans ses amis et sans chat vocal, les phases de débat deviennent bien plus laborieuses.

Petite surprise aussi, le jeu, habituellement totalement en anglais sur les autres plateformes, est ici traduit en français ! Détail presque anecdotique tant l’anglais utilisé est assez simple et que la traduction est parfois très littérale, mais c’est un point fort pour les enfants ou les personnes totalement hermétiques à la langue de Shakespeare. Pour être honnête, je n’y avais même pas fait attention jusqu’à ce que “coéquipier” apparaisse à la place du “crewmate” habituel (je fais le malin mais je transpire quand je dois entamer une conversation en anglais).

The servor was the impostor

Comme je vous l’ai précisé dans l’introduction, Among Us qui était sorti en 2018 n’avait pas prévu de rencontrer en cette fin d’année un succès aussi énorme : 500 millions de joueurs en novembre dernier, record absolument démentiel. Mais ces chiffres dantesques posent un problème : est-ce que les serveurs réussissent à suivre la cadence ? Pas vraiment. Les déconnexions sont trop régulières, parfois il est impossible de rejoindre des parties même avec ses amis, jusqu’à devoir attendre parfois une demi-heure pour faire une partie normale. Bien sûr, cela n’arrive pas à chaque fois et vous passerez plus de temps à jouer normalement, mais c’est encore suffisamment le bazar pour être signalé.

L’autre souci, c’est de jouer avec des inconnus. Autant être honnête : je ne vous conseille pas de payer Among Us sur Nintendo Switch si vous n’avez pas d’amis avec qui y jouer. Car jouer avec des personnes random peut s’avérer être un véritable enfer. Entre les joueurs qui se déconnectent lorsqu’ils réalisent qu’ils ne sont pas imposteurs, ceux qui buzz dès le début pour aucune raison valable, les débats qui n’ont strictement aucun sens et la facilité à pouvoir éliminer qui que ce soit rien qu’en disant qu’il est suspect… Bref bref bref, les parties en solo sont un calvaire et vos chances de tomber sur 9 personnes normales sont infimes. À noter qu’il est impossible de choisir un serveur dédié uniquement avec des français, ce qui est encore pire, car débattre uniquement avec le texte, c’est dur, mais débattre en anglais, espagnol ou chinois c’est un niveau de supplice relativement haut.


Pour le plaisir de mentir
  • Pour le plaisir de mentir - 73%
    73%
73%

Pour le plaisir de mentir

Si l’on devait résumer Among Us uniquement par son contenu, on pourrait peut-être s’en moquer. Mais tout ce qui fait le charme du jeu submerge les défauts que j’ai pu citer dans le corps du test et les dizaines d’heures de plaisir et de rires que j’ai passé et que je passerais avec mes amis ne seront pas oubliées de sitôt. Son accessibilité très étendue permet de réunir adeptes et néophytes et c’est sans conteste ce qui a permis au jeu de rencontrer son succcès.

Les +

  • Le concept
  • Son accessibilité
  • Traduit en français !
  • Si drôle entre amis…
  • Vraiment pas cher

Les -

  • … mais presque insupportable avec des inconnus
  • Serveur régulièrement en PLS
Sending
Note des lecteurs :
73.1% (21 votes)
Jilax

Contenu proposé par - Déjà 9 article(s) à son actif

Présentation : Plongé depuis ma plus tendre enfance dans le jeu-vidéo sans aucune envie de remonter à la surface. Une manette, une guitare et un match de foot du Stade Rennais suffisent à mon bonheur.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments