PREVIEW - Splatoon 2

Le week-end dernier était disponible Splatoon 2 en version d’essai sur Nintendo Switch. Le client du jeu proposait des parties sur les journées de vendredi, samedi et dimanche, à des heures précises. Le but était d’offrir aux joueurs un aperçu de ce second opus, mais aussi de tester les serveurs du jeu afin de s’assurer que rien n’est surchargé. N’ayant pas joué à Splatoon sur Wii U, cette démo était l’occasion pour moi de découvrir la licence, et je n’ai pas été déçu.

Dès le début très séduisant

Avant même de commencer les parties, le jeu proposait un petit tutoriel pour les novices (dont je fais parti). Première chose à désactiver impérativement, du moins selon moi : le gyroscope. Par défaut, la démo proposait de gérer la caméra latéralement avec le stick droit, tandis que l’axe vertical était géré par le gyroscope du joycon droit. J’ai immédiatement été déstabilisé par cette option, d’autant plus qu’au moment de réapparaitre sur la carte, le gyroscope est aussi sollicité avec cette option de jeu activée. Une fois ce petit détail passé outre ou l’option désactivée, les commandes sont plutôt simples et intuitives, et le tutoriel n’est qu’une simple formalité. C’est le moment d’aller en ligne !

Le principe est original : en vue à la troisième personne, vous dégainez différentes armes pour peindre un maximum de surface sur toute la carte, mais aussi pour éliminer vos ennemis. La grande particularité du jeu réside dans le fait qu’une fois qu’une surface est peinte de votre couleur, vous pouvez « plonger » dans cette peinture afin de vous cacher des adversaires et de vous déplacer plus rapidement. Ainsi, vous êtes clairement avantagé lorsque vous bataillez dans une surface peinte de votre couleur. Cependant, l’adversaire peut évidemment repeindre cette surface et donc vous mettre en difficulté, et ce même si vous avez déjà « plongé » dans la peinture. 

Un gameplay atypique

Autour de cette idée inédite se déclinent différents modes de jeu et différentes armes. Je n’ai malheureusement pu essayer qu’un seul mode de jeu et deux armes, à savoir le fusil d’assaut basique et le rouleau de peinture. Le fusil d’assaut permet de tirer en rafale des boules de peinture, un peu à la façon d’une partie de paintball, tandis que le rouleau tire beaucoup plus lentement mais peut lancer de grosses flaques de peinture à une distance plus élevée. J’ai trouvé la seconde arme beaucoup plus technique à jouer, mais vraiment très efficace si elle est bien utilisée. Il est en effet plus facile de viser grossièrement un ennemi avec le rouleau, alors que le fusil d’assaut en rafale permet de peindre une surface plus rapidement, à mon sens.

Le mode de jeu proposé dans les parties auxquelles j’ai pris part était de la conquête de territoire. Le but était de peindre le maximum de surface sur la carte, et à la fin du temps imparti chacune des deux équipes de 4 joueurs affichait un pourcentage de conquête (l’équipe gagnante étant évidemment celle qui affiche le plus fort pourcentage). S’ajoute à cela des scores de tués/morts par joueur ainsi que des points, permettant de voir les performances individuelles au sein d’une équipe (autant vous dire que j’étais plutôt vers le bas du classement). J’ai trouvé cet unique mode de jeu réellement plaisant, car il est vraiment basé sur la performance collective plus que la performance individuelle (peut être encore plus que dans d’autres TPS du genre). Ici, même si vous avez 30 morts pour aucun tué, le principal est que vous peignez le maximum de surface. Les plus téméraires d’entre nous pourront toujours aller au charbon et essayer de déloger l’équipe d’adverse, mais il est aussi possible de jouer plus fin et de cibler stratégiquement les surfaces à peindre.

Attente : grande

Mon ressenti global sur le jeu est excellent. L’ambiance est déjantée, le gameplay est jouissif, et on sent que les mécaniques sont déjà bien huilées. Ces éléments font que je vais très sûrement acquérir le jeu cet été, afin de vraiment découvrir cette licence qui a déjà fait beaucoup parler d’elle. Le seule bémol est le fait que le jeu est à priori très semblable au premier opus, ce qui peut s’avérer gênant pour une bonne partie des joueurs ayant déjà joué à Splatoon sur Wii U. Mais bon, honnêtement… c’est tellement fun, que je pense que la plupart d’entre nous se rueront dessus dès la sortie.

Commentaires

  • Miico
    • 1. Miico Le Dim 25 Juin 2017
    N'ayant également pas joué au premier opus sur Wii U, ce second volet sera mien day one