1488807228 7556 card

Notre avis sur la Switch - première partie

ENFIN ! Elle est là ! J’ai rarement autant attendu une console (jamais même), et je vais le dire tout de suite : c’était à juste titre.

Malchance ou problème généralisé ?

On va commencer par mon seul point noir, qui n’en est pas réellement un pour la majorité des gens. Mon joycon gauche avait un défaut de fonctionnement, qui reliait les pressions des boutons L et du stick gauche. Concrètement, lorsque j’appuyais sur le bouton L, le stick s’activait aussi, et la pression du stick ne provoquait aucune réaction de la console. Alors bien évidemment, je reste un cas isolé (le SAV de Nintendo France me l’a bien indiqué d’ailleurs), mais malgré tout, on peut voir sur le net de nombreux bugs et autres aléas du lancement, qui touchent parfois le dock, parfois un des joycon… Tout ça laisse quand même penser qu’il y a probablement quelques soucis de fabrication sur un nombre non négligeable de modèles : petite déception à ce niveau là donc. Quoi qu’il en soit, si vous n’avez pas ce problème, alors vous possédez une console fabuleuse !

Je switche, tu switches, il switche...

Parlons du concept de base de la console : le côté « switch » fonctionne à la perfection, et est pour moi l’atout majeur de cette console. La promesse du côté hybride est parfaitement tenue, et on trouve rapidement plaisir à passer d’un mode de jeu à l’autre. Petit bémol sur les dragonnes cependant, qui sont relativement dures à retirer des joycons. Bien que la Switch dégage pas mal de chaleur en mode dock, lorsqu’elle devient portative elle est à la fois silencieuse et froide, parfait donc. Les sensations de jeux sont excellentes quelque soit le mode, grâce à l’ergonomie des joycons mais aussi et SURTOUT grâce au grip ! Ma plus belle surprise sans aucun doute. Alors que toute la presse ou presque mettait un bémol sur l’utilisation à long terme du grip en mode salon, j’ai découvert une manette d’une ergonomie folle, parfaitement adaptée au jeu sur console de salon. J’en viens même à penser que les gens ayant précommandé la manette pro avant même d’avoir testé le grip s’en mordent les doigts. Je ne dis pas que le grip est plus agréable que la manette pro, mais aux vues de mes sensations de jeu avec le grip, je vois vraiment mal comment on peut justifier l’achat d’un controller pro, qui est en plus vendu au prix fort (70 euros). A ce niveau là, du tout bon !

Fluidité maximale

Le système d’exploitation est également d’une efficacité folle. Très (trop ?) simple pour n’importe quel utilisateur, il a deux avantages. D’une part il permet à la console d’être ULTRA fluide (oui oui, les majuscules sont bien justifiées, hormis quelques petits ralentissements sur l’eShop), d’autre part car il se concentre sur l’essentiel : le jeu. La Switch est une console de JEU. Merci Nintendo d’avoir enlevé les fonctionnalités annexes qui au final ne faisaient que ralentir l’OS et qui étaient clairement dispensables. Entre autres : Netflix, Miiverse, un navigateur Internet. Tout est simplifié ici pour améliorer l’expérience de jeu. La console est ultra rapide à démarrer, à lancer un jeu, à prendre des captures d’écran (que l’on peut partager sur les réseaux sociaux soit dit en passant), à consulter sa liste d’amis, à aller dans les paramètres, etc. Et tout ça, même quand Zelda est en marche en arrière plan. Alors oui, les plus modernes d’entre nous regretteront la non disponibilité au lancement de fonctionnalités comme le stream ou encore les succès/trophées, mais entre nous… est-ce réellement essentiel ? Nintendo propose ici une plateforme pouvan accueillir des jeux, et ça se sent. Et ça fait du bien (ça me rappelle le GameCube… j’en frissonne encore).

Et les jeux ?

On termine par l’essentiel : les jeux évidemment ! Disons le, au lancement rien de bien folichon. Ah si en fait : Zelda. Et ça suffit, vraiment. Ce jeu a un charme fou, une durée de vie colossale, et vous occupera jusqu’en 2025. Sans revenir sur le jeu en lui même qui est une véritable claque pour tout amateur de jeu-vidéo (vraiment), le catalogue est malgré tout plutôt varié. Côté multi, Snipperclips et 1 2 Switch vous procurerons pas mal de fun à plusieurs, surtout que la console est livrée avec 2 manettes, ne pas l’oublier. Côté solo, Shovel Knight, I Am Setsuna et Fast RMX constituent de très bonnes alternatives aux acharnés ayant déjà terminé Zelda. Le catalogue s’étoffera ce printemps avec Mario Kart 8 Deluxe, Arms, LEGO City…. Pas mal de jeux qui nous feront patienter jusqu’aux annonces de l’E3. Et c’est cet événement qui va, comme d’habitude, orienter la console vers le succès ou vers l’échec commercial. A noter quand même qu’avec Super Mario Odyssey en fin d’année (et qui sera présent à l’E3), il sera difficile de se planter avec l’achat de la console pour les fêtes.

En bref

La Switch est une console novatrice. Dans les idées de conceptions, dans les gameplay proposés, et dans sa vision de jeu finalement très old school (le jeu, et uniquement le jeu), la dernière née de Nintendo fait souffler un vent nouveau sur l’industrie du jeu-vidéo, une fois de plus. Oui, une fois de plus, car la Wii U allait aussi dans ce sens là. Sauf que cette fois ci, les choses ont changé. Pourquoi ?

  • Car le concept proposé ici parle à tout le monde, et a été très bien communiqué.
  • Car la Switch est bien finie, et n’est pas un objet à l’essai comme l’était la Wii U.
  • Car Nintendo a retenu la leçon du développement de jeux en HD, et propose ici une console facile d’accès aux tiers, mais aussi un catalogue qui s’étale et se dispose intelligemment sur toute l’année 2017.
  • Car les trous de sortie entre chaque gros titre n’existent plus, et si ils existent, Nintendo a la chance de pouvoir proposer des jeux Wii U classiques que de nombreux joueurs ont ratés à cause du non succès de la console (plus faciles à développer donc).
  • Car dès la première année de vie de la console, il y aura à la fois les licences Zelda, Mario Kart, et Super Mario.

Tout ça fait que la Switch est belle et bien en position d’éviter le cercle viscieux « Pas de jeux, pas de ventes, et pas de ventes, donc pas de nouveaux jeux développés ». Pour l’heure, si vous avez ne serait-ce qu’une once d’intérêt pour les RPG ou jeux d’aventure, ou que vous voulez expérimenter une nouvelle façon de jouer à plusieurs ou en solo, je vous conseille vivement la Switch, et ce dès maintenant.

nintendo switch zelda breath site console avis rédacteurs